Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les affaires Fourniret

Mort de Michel Fourniret : retour sur le parcours macabre de l'ogre des Ardennes

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu, France Bleu Auxerre, France Bleu Paris

Condamné à deux reprises à la perpétuité pour viols et meurtres, Michel Fourniret est mort lundi 10 mai 2021 à l'âge de 79 ans. Celui qu'on surnommait l'ogre des Ardennes est un des pires tueurs en série que la France ait connu.

Michel Fourniret en 2008.
Michel Fourniret en 2008. © AFP - FRANCOIS NASCIMBENI

En prison depuis 2003, Michel Fourniret est mort lundi 10 mai 2021 à l'âge de 79 ans. Il souffrait de problèmes cardiaques et de problèmes de mémoire et avait été hospitalisé à Créteil le 20 novembre 2020. Condamné en 2008 à la perpétuité incompressible pour le meurtre de sept jeunes filles en France et en Belgique, il en a avoué trois autres pour lesquels des enquêtes étaient en cours, dont l'affaire Estelle Mouzin. Son histoire est indissociable de celle de son ex-femme, Monique Olivier, elle-même incarcérée pour complicité. 

De Michel Fourniret à l'ogre des Ardennes

Michel Fourniret est né à Sedan en avril 1942 dans une famille ouvrière, très modeste. Il exerce des métiers techniques et manuels, mais se passionne aussi pour la littérature, les échecs, la musique classique. Ses employeurs et ses proches décrivent à l'époque un "travailleur acharné" qui, de tourneur-fraiseur, va devenir dessinateur industriel. Autre obsession, moins avouable, la virginité, qui va être le fil conducteur de son parcours criminel. Il se serait peu à peu transformé en prédateur sexuel après avoir découvert que sa première épouse n'était pas vierge.

En 1967, il a 25 ans, première condamnation, à de la prison avec sursis, pour agression sexuelle sur mineure, à Floing dans les Ardennes. S'ensuivent des condamnations pour voyeurisme et violences, concernant des faits commis à Nantes et Verdun. En 1984, il est incarcéré pour une dizaine d'agressions et viols sur mineurs en région parisienne. 

En 1987, quelques mois après son procès, il est libéré pour bonne conduite, du fait des remises de peine et des années passées en détention provisoire. C'est à la sortie de prison qu'il s'installe avec Monique Olivier. Elle sera en quelque sorte son âme damnée.

Une série de photos de Michel Fourniret et Monique Olivier, à différents âges, publiées par la gendarmerie en 2020.
Une série de photos de Michel Fourniret et Monique Olivier, à différents âges, publiées par la gendarmerie en 2020. - Document Gendarmerie nationale

Un couple de prédateurs

Michel Fourniret avait été marié et divorcé deux fois, père de cinq enfants. Monique Olivier entre en contact avec lui quand il est derrière les barreaux par le biais d'une petite annonce qu'il a fait paraître. A sa sortie de prison, ils s'installent dans l'Yonne et signent un pacte qui fait de lui un tueur en série et elle sa complice. Elle part en chasse avec lui pour attirer les adolescentes supposément vierges que son mari va violer et assassiner.

En décembre 1987, près d'Auxerre, il enlève et tue, avec la participation de Monique Olivier, une adolescente de 17 ans, Isabelle Laville. Premier enlèvement connu d'une longue série. Les deux complices montent des scénarios pour enlever leurs proies. Michel Fourniret fait croire qu'il cherche son chemin ou un médecin pour son enfant malade, Monique Olivier rassure avec son ventre de femme enceinte (ils ont un garçon en 1988). Ils frappent dans la Marne, près de Nantes, en Belgique ou dans les Ardennes. 

Les corps des victimes de Fourniret sont jetés dans des puits, enterrés, abandonnés en forêt. Certains seront retrouvés 17 ans après les faits, sur les indications de Monique Olivier.

Fouilles près de la maison de Michel Fourniret à Sart Custinne en Belgique.
Fouilles près de la maison de Michel Fourniret à Sart Custinne en Belgique. © Maxppp - OLIVIER PIRARD

Ces viols et meurtres suivront jusqu'en 2003 et l'arrestation de Fourniret en Belgique. Michel Fourniret sera condamné en mai 2008 à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d’assises des Ardennes pour cinq meurtres (Isabelle Laville, Fabienne Leroy, Jeanne-Marie Desramault, Natacha Danais et Elisabeth Brichet), et deux assassinats (Céline Saison et Mananya Thumpong), commis entre 1987 et 2001.

Monique Olivier écopera elle de la perpétuité assortie d'une peine incompressible de 20 ans pour complicité dans quatre des sept crimes. Le couple avait divorcé en 2010.

Le gang des postiches

C'est un aspect tout aussi tragique mais plus rocambolesque du parcours de Michel Fourniret : comment il s'est emparé du magot du gang des postiches, des truands célèbres dans les années 80 pour 27 braquages de banques à Paris. En prison, Michel Fourniret gagne la confiance d'un autre détenu, Jean-Pierre Hellegouarch, qui a entendu parler d'un trésor caché de plusieurs kilos d'or. Une fois dehors, en 1988, Michel Fourniret entre en contact avec l'épouse de ce détenu, Farida Hammiche, s'empare du trésor et la tue. 

C'est grâce à cette fortune, plusieurs dizaines de millions d'euros, qu'il achète le château de Sautou, à Donchery, dans les Ardennes, où les corps de deux victimes ont été retrouvés. Il s'offre aussi un appartement à Sedan, une petite maison en Belgique. C'est aussi avec cet argent qu'il paye le fourgon qui lui permet d'enlever plusieurs jeunes filles.

Le château du Sauton dans les Ardennes, acheté par Michel Fourniret avec l'argent du gang des postiches.
Le château du Sauton dans les Ardennes, acheté par Michel Fourniret avec l'argent du gang des postiches. © AFP - FRANCOIS LO PRESTI

Pour ce crime, Michel Fourniret a été condamné en 2018 à la prison à perpétuité et son ex-femme Monique Olivier à 20 ans de prison par la Cour d'assises des Yvelines.

Fin de cavale

Le 26 juin 2003, Michel Fourniret est arrêté en Belgique après la tentative d'enlèvement de Marie-Ascencion, une jeune fille de 13 ans qui réussit à prendre la fuite. L'année suivante, Monique Olivier le lâche et accuse son mari de neuf meurtres. Il en avoue six et, sur ses indications, les corps de deux victimes sont découverts dans le parc du château de Sautou. Certaines de ses victimes sont belges, d'autres françaises, les deux pays se mettent d'accord pour un procès unique à Charleville-Mézières en 2008.

Michel Fourniret et Monique Olivier à leur procès en 2008 à Charleville-Mézières.
Michel Fourniret et Monique Olivier à leur procès en 2008 à Charleville-Mézières. © AFP - Benoit Peyrucq

Les condamnations

Le 28 mai 2008, Michel Fourniret, alors âgé de 66 ans est condamné à la perpétuité incompressible par la cour d'assises des Ardennes pour sept meurtres de jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001. Certains de ces meurtres sont précédés de viol ou tentative de viol. Dans trois agressions, les jeunes filles ont réussi à s'échapper.

Son épouse Monique Olivier et condamnée à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 28 ans pour complicité.

Michel Fourniret sera à nouveau condamné à perpétuité en 2018 par la cour d'assies des Yvelines pour l'assassinat de Farida Hammiche, dont le corps n'a jamais été retrouvé. Monique Olivier écope de 20 ans de réclusion.

Trois affaires qui restent en suspens

Michel Fourniret avait été mis en examen dans trois affaires de disparitions et de meurtres, qu'il avait reconnus : celles de Marie-Ange Domece et Joanna Parish, dans l'Yonne, en 1988 et 1990 et celle d'Estelle Mouzin, en janvier 2003. Était-il mêlé à d'autres crimes encore ? En novembre 2020, la gendarmerie avait lancé un appel à témoins, pour établir un éventuel lien entre l'ogre des Ardennes, Monique Olivier et des affaires toujours non élucidées.

Le parcours criminel de Michel Fourniret, l'ogre des Ardennes
Le parcours criminel de Michel Fourniret, l'ogre des Ardennes © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess