Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Neyret

Michel Neyret, ancien numéro 2 de la PJ de Lyon, condamné en appel à deux ans et demi de prison ferme pour corruption

mardi 12 juin 2018 à 14:19 Par Xavier Demagny, France Bleu

Michel Neyret, ancien numéro 2 de la PJ de Lyon, a été condamné mardi en appel à deux ans et demi de prison ferme pour corruption, par la cour d'appel de Paris. Il ne devrait toutefois pas retourner en prison.

Michel Neyret, à Paris, en avril 2018 lors de son procès en appel.
Michel Neyret, à Paris, en avril 2018 lors de son procès en appel. © Maxppp -

Rhône-Alpes, France

La cour d'appel de Paris a condamné mardi l'ex-numéro 2 de la PJ de Lyon, Michel Neyret, à deux ans et demi de prison ferme pour corruption. La peine est la même que celle prononcée en première instance en 2016, mais alourdie de 18 mois avec sursis. Contrairement au tribunal correctionnel, la cour d'appel l'a également condamné pour association de malfaiteurs. L'ex-patron de l'antigang de Lyon encourait théoriquement dix ans de prison.

Déjà huit mois passés en détention provisoire

L'ancien "super-flic", tombé fin 2011 et condamné notamment pour corruption et association de malfaiteurs, a déjà passé huit mois en détention provisoire et pourra donc solliciter un aménagement de peine pour ne pas retourner en prison.

À la sortie du tribunal Michel Neyret, 62 ans, s'est dit soulagé devant les journalistes. "Ça fait sept ans que j'attends ça", a-t-il déclaré. "Aujourd'hui, je pense que j'en ai presque fini avec l'institution judiciaire, sauf si il y a un pourvoi en cassation, ce qui ne sera pas notre cas, évidemment" rappelant qu'il devait tout de même passer devant le juge d'application des peines : "une autre épreuve qui va m'attendre" puisque c'est ce juge "qui va décider de comment la peine s'exécutera".

La justice reprochait jusqu'alors à Michel Neyret d'avoir notamment fourni des informations confidentielles à des membres du milieu lyonnais, présenté comme des indics. En échange, Neyret avait reçu cadeaux, avantages, argent en liquide. Avant sa descente aux enfers, l'ex commissaire était considéré comme l'un des "super flics" de France, il avait même été décoré de la Légion d'honneur pour ses résultats.