Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Neyret

Michel Neyret, ancien numéro deux de la PJ de Lyon, rejugé en appel

mardi 3 avril 2018 à 19:24 Par Xavier Demagny, France Bleu Isère et France Bleu

L'ancien numéro deux de la PJ de Lyon, Michel Neyret, est rejugé à partir de mercredi en appel. Il avait été condamné en première instance à deux ans et demie de prison ferme pour trafic d'influence et corruption.

L'ancien numéro deux de la PJ de Lyon, Michel Neyret.
L'ancien numéro deux de la PJ de Lyon, Michel Neyret. © Maxppp -

L'ancien "super flic", ex-numéro de la Police judiciaire de Lyon, Michel  Neyret, est jugé en appel à partir de mercredi et jusqu'au 11 avril devant la cour d'appel de Paris. En juillet 2016, Michel Neyret avait été condamné en première instance à deux ans et demi de prison ferme. Il avait déjà fait huit mois de détention préventive et avait évité un retour en prison, une fois sa peine prononcée. 

L'appel du parquet

Mais le parquet, qui avait requis quatre ans de prison, dont deux ans et demi ferme, a fait appel. Poursuivi pour huit délits dont corruption et trafic d'influence passifs et détournement de scellés de stupéfiant, l'ancien policier encourt au maximum 10 ans de prison et 7,5 millions d'euros d'amende. La justice lui reproche d'avoir fourni des informations confidentielles à des membres du milieu lyonnais, présentés comme des "indics", en échange d'avantages, de cadeaux et d'argent liquide, et d'avoir prélevé sa dîme sur une saisie de stupéfiants pour rétribuer des informateurs.

Michel Neyret comparaîtra avec deux autres anciens policiers grenoblois, qui en première instance avaient eux bénéficié d'une relaxe : Gilles Guillotin et Christophe Gavat, qui dirigeait la PJ de Grenoble.

En savoir plus