Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Michel Platini débouté par la Cour européenne des droits de l'Homme dans le conflit qui l'oppose à la FIFA

La suspension de Michel Platini par la FIFA était "justifiée" estime ce jeudi la Cour européenne des droits de l'Homme qui étudiait le recours de l'ancien président de l'UEFA suspendu quatre ans pour un paiement contreversé d' 1,8 million d'euros par Sepp Blatter, l'ancien patron du football mondial

Michel Platini débouté par la CEDH
Michel Platini débouté par la CEDH © Maxppp - Alexandre Marchi

La justice européenne a débouté ce jeudi Michel Platini. L'icône de l'AS Nancy Lorraine, ancien président de l'UEFA, avait déposé un recours devant la Cour européenne des droits de l'Homme, pour contester sa suspension de toute activité liée au football de 2015 à 2019 pour un versement controversé d'1,8 million d'euros de la part de Sepp Blatter, l'ancien patron de la Fifa.

Suspension "justifiée"

Cette suspension avait empêché "Platoche" de se présenter à l'élection pour la présidence de la Fifa. Michel Platini et ses avocats estimaient qu'il n'avait pas bénéficié d'un procès équitable, que les textes de loi n'avaient pas été appliqués et que sa liberté d'exercer une activité professionnelle avait été entravé. 

La CEDH a donc débouté Michel Platini de sa demande expliquant que sa suspension était "justifiée". Selon la Cour, "au regard de la gravité des infractions commises, de la position élevée que M. Platini occupait au sein des instances de football et de la nécessité de rétablir la réputation de ce sport comme celle de la FIFA, la sanction infligée ne paraît ni excessive, ni arbitraire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess