Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Migrants : Emmanuel Macron ne veut "plus personne dans les rues" d'ici la fin de l'année

jeudi 27 juillet 2017 à 15:47 - Mis à jour le jeudi 27 juillet 2017 à 19:48 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Emmanuel Macron a annoncé, ce jeudi à Orléans, qu'il ne voulait plus voir aucun migrant "dans les rues ou dans les bois" d'ici la fin de l'année 2017. Le Président veut des hébergements d'urgence partout. Il a aussi annoncé une réduction de 18 à six mois des délais d'examen des demandes d'asile.

Emmanuel Macron a assisté a une cérémonie de naturalisation à Orléans ce jeudi.
Emmanuel Macron a assisté a une cérémonie de naturalisation à Orléans ce jeudi. © AFP - Michel Euler

Emmanuel Macron s'est rendu ce jeudi dans un centre d'hébergement provisoire pour les réfugiés d'Orléans. Le Président a ensuite participé à une cérémonie de naturalisation à la préfecture d'Orléans. "D'ici la fin de l'année, je ne veux plus personne dans les rues, dans les bois", a-t-il déclaré.

Macron veut des hébergements d'urgence partout

"La première bataille : loger tout le monde dignement, a poursuivi Emmanuel Macron. Je veux partout des hébergements d'urgence. Je ne veux plus de femmes et hommes dans les rues", a-t-il ajouté. "Je veux partout, dès la première minute, un traitement administratif qui permette de déterminer si on peut aller vers une demande d'asile ou non, et derrière une vraie politique de reconduite aux frontières", a poursuivi le président de la République.

Des demandes d'asile traitées trois fois plus rapidement

"Notre pays a mis en place un système perdant pour tout le monde avec un traitement indigne dans les premiers mois, des délais beaucoup trop longs où les gens s'installent dans la précarité et une inefficacité complète de reconduites à la frontière", estime le chef de l'État.Il a également réaffirmé sa volonté d'une "réduction drastique" des délais de traitement des dossiers des migrants. Le gouvernement veut réduire ce délai de 18 à six mois.

Des centres en Libye pour examiner les demandes d'asile

Emmanuel Macron a également souhaité créer des "hotspots" en Libye dès cet été, des centres pour examiner les demandes d'asile en amont de toute arrivée en France. Mais jeudi soir, l'Élysée a jugé ce n'était "pas possible aujourd'hui" pour des raisons de sécurité. La France enverra cependant une mission de l'Ofpra, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides, fin août pour en étudier la faisabilité en Libye, au Niger et au Tchad, a ajouté l'Élysée. "Nous avons identifié une zone, qui est le sud libyen, le nord-est du Niger et le nord du Tchad" pour installer "des centres avancés" de l'Ofpra, a précisé l'Élysée.