Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Migrants : les pêcheurs boulonnais demandent de l'aide à l'Etat pour surveiller leurs bateaux

- Mis à jour le
Par

Pour la deuxième fois en moins d’un mois, un bateau de pêche a été volé à Boulogne-sur-mer. Des passeurs ont tenté de faire traverser seize migrants, à bord du "Sainte-Catherine", dans la nuit de samedi à dimanche. Ils ont été récupérés au large de Boulogne.

Le "Sainte-Catherine" a été volé dans la nuit de samedi à dimanche, par des migrants qui ont tenté la traversée vers l'Angleterre. Le "Sainte-Catherine" a été volé dans la nuit de samedi à dimanche, par des migrants qui ont tenté la traversée vers l'Angleterre.
Le "Sainte-Catherine" a été volé dans la nuit de samedi à dimanche, par des migrants qui ont tenté la traversée vers l'Angleterre. © Radio France - Matthieu Darriet

Dans la nuit de samedi à dimanche, trois heures avant le vol du Sainte-Catherine, un autre fileyeur (ces petits bateaux qui partent pêcher à la journée) a été visité. Dans le port de Boulogne-sur-mer, c'était le quatrième en un mois.  Quatre personnes ont été mises en fuite. Mais elles sont revenues vers 4h du matin, et ont réussi à partir avec le Sainte-Catherine et 16 migrants, dont deux enfants.  

Publicité
Logo France Bleu

Moteur à changer ?

A bord du bateau, les dégâts sont importants, détaille Stéphane Pinto, le porte-parole des fileyeurs boulonnais : "La porte a été forcée, mais le plus gros problème, c'est le moteur. Il est certainement mort, car ils n'ont pas su ouvrir les vannes pour le refroidir, à l'eau de mer. Le moteur a chauffé à plus de 200°. C'est un coût important pour une petite entreprise. Et puis, il y a la perte d'exploitation, le temps des réparations." Si les assurances prendront en charge le coût du moteur, de l’ordre de 50.000 euros, les journées de pêche perdues ne seront sans doute pas indemnisées. 

Le "Sainte-Catherine" a retrouvé les quais de Boulogne-sur-mer. Sa porte d'entrée a été fracturée, et son moteur -qui a chauffé- est probablement à changer.. © Radio France - Matthieu Darriet

Face à la recrudescence des vols et des dégradations, lors que les passeurs échouent, les pêcheurs demandent de l’aide pour se protéger : "Aujourd'hui, on retire les clés du contact, cela n'a pas toujours été le cas. Mais maintenant il faut que l"Etat intervienne au plus vite pour mettre en place un gardiennage, sur les quais, la nuit. Mais qui va payer ? "

Qui pour financer du gardiennage ?

Il y a plus de dix ans, suite à des vols à bord des bateaux, les professionnels avaient financé des vigiles, mais à 150 euros par mois et par bateau, ce n’est plus possible aujourd’hui. Et la vidéo-surveillance ne permettrait certainement pas d’enrayer ces vols de bateaux.

Les pêcheurs sont inquiets pour le jour où un équipage se retrouvera nez-à-nez avec des passeurs en train de voler leur bateau. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu