Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Affaire Mila

Mila entendue au procès de ceux qui l'ont harcelée et menacée de mort via les réseaux sociaux

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Mila, Iséroise de 18 ans a témoigné lundi, en fin de journée, au procès de ceux et celles à qui la justice reproche des faits de harcèlement et de menaces de mort via les réseaux sociaux. Le procès, qui a lieu à Paris, se poursuit ce mardi.

Mila, ce lundi 21 juin, au procès des 13 personnes poursuivies pour l'avoir harcelée et/ou menacée de mort.
Mila, ce lundi 21 juin, au procès des 13 personnes poursuivies pour l'avoir harcelée et/ou menacée de mort. © Maxppp - IP3 PRESS

"On veut m'interdire de parler d'Islam. (...) Je ne me soumettrai pas", voilà notamment ce que Mila, Iséroise de 18 ans, a déclaré hier en fin de journée à la barre du tribunal correctionnel de Paris. C'est là que sont jugés depuis ce lundi 13 personnes de 18 à 30 ans pour des faits de cyberharcèlement et de menaces de mort à l'encontre de la jeune femme. Des personnes qui ne se connaissent pas, mais tous auteurs de messages violents visibles de tous contre Mila. Mila est à l'origine de nombreuses menaces depuis janvier 2020 et la publication d'une vidéo sur les réseaux sociaux où elle critique l'islam. Une deuxième vidéo en novembre via le réseau social Tik Tok a engendré de nouvelles menaces. Après la première vidéo, elle avait été contrainte de quitter le lycée de Villefontaine où elle était scolarisée. Depuis, elle et sa famille vivent sous protection policière.

La mère de Mila évoque un tsunami vécu par sa famille

Alors qu'un peu plus tôt ont été entendus certains prévenus - la plupart indiquant après coup "regretter", se disant "honteux" ou évoquant "une grosse bêtise" - en fin de journée le tribunal a entendu la mère de la jeune femme ainsi que Mila. Selon Mathilde Lemaire, journaliste à France Info qui suit le procès pour France Bleu Isère, la maman de Mila a évoqué le tsunami vécu par sa famille :  la vie suspendue, rythmée par les injures/menaces, la protection policière. "Même quand  Mila s’est retirée 6 mois des réseaux, ça a continué", a-t-elle expliqué. Et de poursuivre qu'il suffit qu'un internaute re-publie la vidéo de Mila pour que ça recommence.  Seules les arrestations qui ont conduit à ce procès ont freiné le flot de haine explique-t-elle.

"Demande-t-on à une femme agressée, violée dans la rue de ne plus sortir dehors ?" - Mila à la barre du tribunal ce lundi

Mila dit, elle, avoir "tout perdu. Ce qui reste c’est la Justice et c’est pour ça que je suis là." Quand le président lui demande si elle s'imaginait ses harceleurs comme ceux qu'elle a vus à la barre, elle répond "oui". Et de préciser que selon elle, la "blesser semble leur faire du bien."  Elle indique aussi que même lorsqu'elle parle de maquillage sur les réseaux sociaux, on la "ramène à la question de l'Islam  comme pour mieux s'acharner." Le président lui demande aussi pourquoi elle n'arrête pas alors les réseaux sociaux. Mila rétorque posément :  _"demande-t-on à une femme agressée, violée dans la rue de ne plus sortir dehors?". C_elle qui a été érigée par certains en porte-voix du droit au blasphème a aussi indiqué être une femme libre et qu’aucun parti ne la récupèrera. 

Ce mardi sont prévus les auditions d'autres prévenus ainsi que les plaidoiries et le réquisitoire. Le jugement devrait être mis en délibéré. Ce mercredi 23 juin, dans un livre intitulé "Je suis le prix de votre liberté" chez Grasset, Mila raconte son histoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess