Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mimizan : 1 an de prison pour avoir tiré des coups de feu et provoqué une bagarre

mardi 24 juillet 2018 à 20:23 Par François-Pierre Noël, France Bleu Gascogne

Les deux hommes qui avaient tiré des coups de feu et provoqué une bagarre à la sortie d'une boîte de nuit de Mimizan le 30 juin ont été condamnés à un an de prison. Ils n'ont pas été mis en détention pour l'instant. Lors du procès, les deux prévenus ont estimé être autant victimes que coupables.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Franck KOBI

Mont-de-Marsan, France

L'affaire avait failli très mal tourner le 30 juin dernier à Mimizan dans les Landes : les deux hommes ayant tiré des coups de feu à l'origine d'une bagarre devant une boîte de nuit ont été condamnés à un an de prison, ce mardi à Mont-de-Marsan. La peine est moins lourde que celle requise par le procureur, 18 mois, d'autant que pour l'instant, les deux Girondins ont été relâchés. C'est désormais un juge qui décidera de la façon dont ils devront effectuer leur peine. 

Un différend datant de plusieurs semaines

Avant cette soirée, cela faisait plusieurs semaines que les deux hommes se disputaient, et parfois même se bagarraient, avec des rugbymen et des footballeurs dans un bar faisant aussi boîte de la ville. Cette nuit du 30 juin, les échanges sont vifs entre les deux groupes. L'un des deux prévenus, très alcoolisé, décide d'aller chercher son fusil de chasse. Son ami tente de le dissuader mais ils reviennent quand même avec l'arme devant le club. 

Le premier homme sort de la voiture sans l'arme et s'approche d'un sportif avec lequel il souhaite s'expliquer. Il n'en a cependant pas le temps : il est mis à terre par les rugbymen. Lors du procès, son ami explique même qu'ils l'ont "massacré". C'est à ce moment que ce dernier sort à son tour de la voiture, prend le fusil et tire un coup en l'air, non pour leur faire mal mais "les effrayer" selon ses dires.

Des côtes fêlées pour les prévenus

Ce coup de feu a l'effet inverse de celui escompté : le groupe de bagarreurs adverse le désarme et commence à le tabasser. Les vigiles de la boîte de nuit interviennent avant l'arrivée des pompiers. Les deux hommes ont tous deux des côtes fêlées, des yeux au beurre noir et des contusions, ce qui leur fait dire lors du procès "c'est nous qu'on laisse pour morts mais c'est nous qu'on juge". Leur avocat, Thomas Gachie, soutient : "c'est eux qui en ont pris plein la figure. Alors oui, dans leur esprit, ce sont eux les victimes."

Ce procès désormais terminé, un autre pourrait s'ouvrir dans cette affaire, puisque les deux hommes, désormais libres, ont porté plainte contre le groupe de sportifs.