Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mios : un prof d'équitation condamné pour agressions sexuelles rachète les écuries de Fongive

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Le site d'information Médiapart vient de révéler comment un enseignant d'équitation a pu continuer à travailler pour le fédération française d'équitation après une condamnation pour agression sexuelle. L'homme en question vient de racheter les écuries de Fongive à Lacanau-de-Mios.

Chevaux (illustration)
Chevaux (illustration) © Maxppp - maxppp

Le président de la fédération française d'équitation est convoqué ce jeudi au ministère des sports.  Serge Lecomte va devoir expliquer pourquoi il a continué à employer dans les Hauts-de-Seine un enseignant pourtant condamné pour agressions sexuelles sur mineures. 

L'affaire a été révélée fin mai par nos confrères de Médiapart. Le prof d'équitation a été condamné une première fois en 2013. Il a été limogé mais finalement réintégré en 2014. En 2017 la justice le condamne de nouveau pour des faits similaires sur trois mineures. 

Aujourd'hui il ne travaille plus pour la fédération. Avec sa compagne ils viennent de racheter les écuries de Fongive à Mios, une structure privée qui accueille des chevaux en pension sur un site de 8 hectares.

Il n'a plus le droit d'enseigner et d'être en contact avec des enfants mais va t-il vraiment respecter cette interdiction dans une écurie où les propriétaires de chevaux et leurs familles se rendent régulièrement ? Question posée au maire de la commune. Cédric Pain a pris rendez-vous avec le principal intéressé mais il se dit très prudent.

"Je ne suis ni juge ni gendarme" — Cédric Pain, maire de Mios

L'homme n'a plus de carte professionnelle d'enseignant mais rien ne l'empêche de diriger une pension pour chevaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu