Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Mis à l'écart par le Stade Brestois, France Bleu Breizh Izel fait le choix de l'indépendance

Alors que la Ligue 1 de foot reprend ce vendredi, France Bleu Breizh Izel ne retransmettra plus les matchs du Stade Brestois jusqu'à nouvel ordre. En cause : la décision des co-présidents du club, Denis et Gérard Le Saint, d'entraver le travail de la radio de service public.

Denis Le Saint, président du Stade Brestois Denis Le Saint, président du Stade Brestois
Denis Le Saint, président du Stade Brestois © Maxppp - Nicolas Creach / Photopqr / Le Télégramme

La Ligue 1 de foot redémarre ce vendredi avec le match d'ouverture entre Monaco et Nantes à 21h. Samedi, le Stade Brestois jouera à Lyon mais, contrairement aux saisons précédentes, France Bleu Breizh Izel ne retransmettra pas les matchs des Brestois jusqu'à nouvel ordre. Les co-présidents du club, les frères Denis et Gérard Le Saint, veulent en effet mettre à l'écart la radio de service public pendant un an. A la fois pour le suivi du Stade Brestois et du Brest Bretagne Handball, l'autre club qu'ils détiennent, pour un sujet qui relève d'ailleurs du BBH.

Publicité
Logo France Bleu

Entravé au Stade Brestois pour un sujet relevant du Brest Bretagne Handball

Les frères Le Saint ne digèrent pas que France Bleu Breizh Izel ait révélé l'information du cluster qui a touché le BBH à l'issue des festivités de la fin de saison passée. Notre radio est accusée d'avoir voulu entacher l'image du club, malgré les faits. "L'information a été vérifiée et confirmée par des services de l'Etat. Nous avons proposé aux dirigeants du club de s'exprimer, ils ont refusé" rétorque Gurvan Musset, directeur de France Bleu Breizh Izel.

A France Bleu Breizh Izel, ça ne se passe pas ainsi

"On nous punit, c'est le mot qui a été employé, pour avoir fait notre travail" déplore-t-il alors que nos confrères du Télégramme ont aussi, dans un passé très récent, été privés d'échanges pendant un an avec Gérard Le Saint pour évoquer le Brest Bretagne Handball après la publication d'un article qui a déplu. Le directeur de France Bleu Breizh Izel refuse de mettre le doigt dans l'engrenage. "Quelle est la prochaine étape ? On arrête de parler des défaites et uniquement des victoires ? On devra passer sous silence tout ce qui sera jugé négatif ? A France Bleu Breizh Izel, ça ne se passe pas ainsi. Un club, on en parle dans les bons et les mauvais moments".

La liberté d'expression et la liberté de la presse sont des piliers de notre démocratie

Gurvan Musset rappelle, par ailleurs, quelques principes. "La liberté d'expression et la liberté de la presse sont des piliers de notre démocratie. On ne doit pas transiger avec ces grands principes__. Surtout quand on est, comme nous, média de service public".

Face aux entraves, France Bleu choisit l'indépendance

Une convention liant les clubs professionnels de foot et la presse française permet aux médias, en toutes circonstances, d'accéder aux stades et aux matchs pour pouvoir les retransmettre ou en rendre compte. Mais elle ne prévoit rien, en revanche, sur l'accès aux clubs et à ses membres (dirigeants, staffs, joueurs, salariés, etc.) en dehors des rencontres. Il est impossible, par exemple, de solliciter un entretien avec un joueur sans l'aval du club, excepté à l'issue d'un match. Nous n'avons pas non plus été conviés, au contraire de nos confrères, aux conférences de presse organisées depuis le début de la saison pour la présentation du nouvel entraîneur, Michel Der Zakarian, des nouveaux joueurs qui ont rejoint le club, ou encore ce jeudi à celle organisée avant le premier match de la saison. 

Alors, puisque notre travail est entravé, France Bleu Breizh Izel fait le choix de l'indépendance. Et le Stade Brestois en assumera les conséquences auprès des milliers de fans qui écoutent habituellement les matchs et les émissions sportives à la radio, sur notre site internet ou sur notre application mobile.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu