Faits divers – Justice

Mis en cause pour son passé judiciaire, l'élu FN de Clermont-Ferrand va démissionner

Par Géraldine Marcon, France Bleu Pays d'Auvergne vendredi 11 avril 2014 à 11:31

Eric Assad, élu Front national au conseil municpal de Clermont-Ferrand en mars 2014.
Eric Assad, élu Front national au conseil municpal de Clermont-Ferrand en mars 2014. © Maxppp-Jean-Louis Gorce-La Montagne

Eric Assad, élu en mars 2014 au conseil municipal de Clermont-Ferrand sur la liste Front national, devrait finalement démissionner. Ce jeudi 10 avril, le quotidien la Montagne dévoilait qu'il avait été inculpé en 1980 d'assassinat et de tentative d'assassinat. Il est l'auteur d'une fusillade qui avait coûté la vie à un homme à Belle-Ile-en-Mer.

Élu le 30 mars dernier au poste de conseiller municipal de Clermont-Ferrand, Eric Assad devrait démissionner. C'est Antoine Rechagneux, la tête de liste Front national dans la préfecture auvergnate qui l'annonce ce vendredi 11 avril au micro de France Bleu Pays d'Auvergne .

Comme l'expliquait nos confrères de la Montagne ce jeudi 10 avril, Eric Assad est mis en cause pour son passé trouble . En 1979, alors âgé de 24 ans, il avait ouvert le feu dans les rues du Palais à Belle-Ile-en-Mer . Un jeune homme de 23 ans avait été tué et deux autres personnes blessées. Inculpé pour assassinat et tentative d'assassinat en 1980, il n'a pas été condamné, la justice a estimé à l'époque qu'il était "en état de démence au moment des faits" et l'a donc déclaré irresponsable. Interné en hôpital psychiatrique jusqu'en 1987.

Eric Assac âgé de 59 ans n'a jamais parlé de ce passé au sein du parti de Marine Le Pen. Il n'avait aucune obligation de le faire, du moins légalement, étant donné que son casier judiciaire ne mentionne pas ces faits et qu'il pouvait donc tout à fait se présenter devant les électeurs. Il avait d'ailleurs déjà été candidat du Front national aux élections cantonales de 2001 et 2004 dans le Puy-de-Dôme.

"Dans la vie on ne peut pas être certain du passé des gens, surtout 35 ans après" - Antoine Rechangeux

Antoine Rechagneux, tête de liste Front national, qui a réuni un peu plus de 10% des suffrages à Clermont-Ferrand, ne savait rien du passé tourmenté de son colistier. "*Nous n'étions pas au courant , il aurait pu en parler au moins pour une question morale, au niveau juridique rien ne le rendait inéligible* . Si je l'avais su il n'aurait pas été sur la liste au moins par rapport aux victimes " a déclaré l'élu FN à France Bleu Pays d'Auvergne. Eric Assad, troisième sur la liste FN, a contacté Antoine Rechagneux ce vendredi 11 avril pour lui dire qu'il était disposé à démissionner ** pour éviter de semer le trouble au sein du conseil municipal.

RECHAGNEUX ASSAD SON

"Je n'ai pas de pouvoir en tant que maire dans cette affaire"- Olivier Bianchi

De son côté, Olivier Bianchi, le nouveau maire de Clermont-Ferrand a réagi à cette affaire ce vendredi 11 avril. Il ne peut intervenir en tant que maire , Eric Assad pourrait donc siéger lors du prochain conseil municipal, mais assure qu'il sera vigilant sur sa conduite dans l'assemblée . Olivier Bianchi attend désormais que Marine Le Pen prenne ses responsabilités en tant que chef de file du Front national dans cette affaire.

BIANCHI FN