Faits divers – Justice

Un Dolois mis en examen pour ses liens avec le djihadiste Rachid Kassim

Par Dimitri Imbert, France Bleu Besançon mercredi 21 septembre 2016 à 17:20

Selon les fidèles, le Dolois interpellé vendredi ne fréquentait pas la mosquée des Mesnils Pasteur
Selon les fidèles, le Dolois interpellé vendredi ne fréquentait pas la mosquée des Mesnils Pasteur © Radio France - DIMITRI IMBERT

Un Dolois de 39 ans a été mis en examen et écroué pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". En compagnie d'un habitant de Roanne, il est soupçonné de liens avec le djihadiste français Rachid Kassim. Les habitants de son quartier sont choqués.

Deux Français, âgés de 30 et 39 ans, tous deux convertis à l'islam, ont été mis en examen ce mercredi pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Ils fréquentaient le djihadiste Rachid Kassim, avant le départ de ce dernier en zone irako-syrienne, départ signalé en mai 2015. Tous deux sont de Roanne. Le plus âgé des deux, Julien s'était installé depuis trois à cinq ans dans le quartier des Mesnils Pasteurs de Dole. Selon les habitants du quartier, il restait discret et ne fréquentait pas la mosquée.

Il n'était jamais ici, à la mosquée" - Mohammed, fidèle de la mosquée et habitant du quartier depuis 32 ans

"Y'a bien des jeunes qui font des petites conneries, mais pas comme ça !" signale Mohammed qui habite le quartier depuis 32 ans. Lui n'était jamais ici à la mosquée".  Parmi les fidèles, beaucoup craignent une nouvelle fois les amalgames. "Ça me choque beaucoup je suis triste, insiste un autre. Nous on est tranquilles, on est calmes, on respecte les valeurs de la République. Les gens comme ça, ils salissent l'islam, on n'a pas besoin d'eux".

Cet homme, fiché S, marié et sans emploi, avait été arrêté vendredi, lors d'une opération spectaculaire menée par la brigade anti-terroriste de Paris. Il dit aux enquêteurs s'être converti à l'islam il y a dix ans. Arrêté dans la Loire, Jérémie le plus jeune des deux, s'était converti il y a cinq ans seulement. Tous deux en tout cas ont eu des contacts directs et réguliers avec Kassim dans la région de Roanne, mais aussi depuis son départ de France via Telegram, une messagerie cryptée. En revanche, selon les enquêteurs, Julien le Dolois jouait un rôle direct et moteur dans la radicalisation d'une dizaine de jeunes Français. Parmi eux, certains dont Rachid Kassim, ont pris la route de la Syrie ces dernières années...

Aucun des deux n'a vraiment collaboré avec les homme de la DGSI, la Direction générale de la sécurité intérieure. Mais le matériel informatique saisi à leur domicile a pu prouver sans discussion possible leurs liens avec Rachid Kassim.