Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grenoble : les images de dealers surarmés auraient bien été tournées pour un clip de rap, intitulé "Chicagre"

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Les images de dealers cagoulés et armés diffusées sur internet étaient bien destinées à un clip intitulé "Chicagre" et diffusé sur Youtube, selon l'auteur. Pied de nez au ministre de l'Intérieur qui avait ordonné une opération de police dans la foulée ou récupération ? Une enquête est en cours.

 Le jeune rappeur se fait appeler Corbak Hood
Le jeune rappeur se fait appeler Corbak Hood - (capture d'écran, clip Youtube de Corbak Hood)

Cnlip ?is le début, dans cette histoire, on ne sait pas grand-chose, c'est la loi du silence qui règne dans le quartier Mistral à Grenoble, quartier sensible gangrené par le trafic de drogue. Qui, dans un premier temps, a fait fuiter ces images sur la toile, laissant entendre que Mistral était une zone de non-droit où le trafic était florissant ? On ne sait pas.

Un clip de rap ?

Et puis, on s'est perdu en conjectures. Pour certains, ces images, c'était pour faire la pub d'un point de vente. Pour d'autres, c'était un clan qui voulait en impressionner un autre. Mais pour les quelques jeunes de Mistral que France Bleu Isère avait réussi à interviewer, c’était pour les besoins d'un clip. 

Beauvau persiste et signe

Faisant fi de toutes ces interprétations, le ministre de l’Intérieur avait ordonné cette imposante démonstration de force du 26 août qui avait débouché sur quatorze interpellations et cinq gardes à vue. Alors, aujourd'hui, se sent-on ridiculisé Place Beauvau ? "Non" nous a-t-on répondu. "De toutes façons, ces images étaient inacceptables. Il fallait réagir et la descente de police du 26 a bien montré qu'on avait eu raison"

Pour les habitants de Mistral, cela a fait pschitt

Pour les habitants de Mistral, c'est plutôt la montagne qui accouche d'une souris. "Ce clip, il faudrait le rebaptiser : tout çà pour rien !" s'esclaffe Karim Kadri, le président de l'Union de quartier. "Les autorités nous ont fait un beau spectacle, une sorte de contre-clip ! C'est vrai qu'il y a de la drogue à Mistral, mais sur ce coup-là, ils se sont trompés de cible. Ça a fait pschitt ! comme disait Chirac !"

Chicagre vu par Corbak Hood

Quant au clip, publié lundi soir sur Youtube et intitulé Chicagre -jeu de mots et contraction de Chicago et Grenoble- il est l'oeuvre d'un jeune rappeur de Mistral, de son nom de scène, Corbak Hood. Mais le chanteur est aux abonnés absents car, comme il a tourné ce clip sans autorisation légale sur la voie publique, il sait qu'il risque des poursuites. Toutefois, à la fin de la vidéo, il se moque des autorités et des médias, et précise que les armes et la drogue sont factices. A voir.

Karim Kadri est le président de l'Union de quartier Mistral.

Cependant, on peut se demander si ces images qui avaient choqué jusqu'au plus haut niveau de l’État n'ont pas été tournées à la demande des dealers puis ensuite intégrées, à leur demande, dans ce clip, vu l'ampleur prise par cette affaire ?  C'est d'ailleurs une des pistes actuellement à l’étude.

Enquête en cours, rappeur recherché

Éric Piolle, qui avait engagé un bras-de-fer avec Gérald Darmanin s'est exprimé en fin de journée : " La politique du coup de menton doit cesser. On a eu Sarkozy, il y a 10 ans à Grenoble, puis Valls, puis Darmanin. A chaque fois, ils promettent la tolérance zéro. Et on ne voit rien venir. Il faut que la police renoue avec la population. Je rencontrerai dans deux semaines le ministre de l'Intérieur qui m'a invité à une réunion de travail, place Beauvau. J'irai pour porter la voix de Grenoble mais aussi de tous les territoires confrontés au même problème."

Le préfet de l'Isère a également répondu à la presse, dans l'après-midi, après, un temps s'être retranché derrière l'enquête en cours. "L'Etat était dans son rôle en organisant cette opération de police à Mistral, le 26 août. d'ailleurs nous avons arrêté 14 personnes, on a saisi de la drogue et de grosses sommes d'argent. Après vous me dites que ces images, c'était pour un clip.  C'est l'enquête qui le dira."

Le parquet de Grenoble explique que suite à ce nouvel élément, "les enquêteurs vont rechercher et entendre les auteurs du clip sur les faits de provocation à l'usage illicite ou au trafic de stupéfiants (5 ans de prison encourus), port d'armes prohibé (7 ans de prison encourus). Il s'agit de savoir qui a tourné ces images, ce qu'il en est de la nature exacte des armes et de la drogue exposées dans la vidéo, et enfin, quels sont les liens entre les vidéastes et les trafiquants du quartier."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess