Faits divers – Justice

Mitraillage d'un magasin à Grenoble : la piste des représailles privilégiée

Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère et France Bleu jeudi 5 octobre 2017 à 19:34

La façade du magasin mitraillée samedi soir, avec une kalachnikov, est aujourd'hui protégée par un panneau de bois
La façade du magasin mitraillée samedi soir, avec une kalachnikov, est aujourd'hui protégée par un panneau de bois © Radio France - Véronique Pueyo

Près d'une semaine après le mitraillage à la kalachnikov d'un magasin de vêtements dans l'hypercentre de Grenoble, l’enquête se poursuit. La police a lancé un appel a témoins qui pour l'instant n'a rien donné. En revanche, on en sait un peu plus sur les circonstances de cette fusillade.

Samedi dernier, comme il le fait souvent, le responsable d'un magasin de street wear, dans une rue piétonne de Grenoble, avait invité le rappeur francilien, Ninho, pour une séance de dédicace ! Le musicien s’était déplacé avec un important service d'ordre et sa présence avait attiré beaucoup de fans, de curieux, mais pas seulement.

Samedi après midi, rassemblement de fans pour la venue du rappeur Ninho, dans un magasin de street wear, du centre-ville de Grenoble - Radio France
Samedi après midi, rassemblement de fans pour la venue du rappeur Ninho, dans un magasin de street wear, du centre-ville de Grenoble © Radio France - Denis Souilla

Certains jeunes n'auraient pas apprécié la façon dont le service de sécurité du rappeur les ont "traités"

Les gardes du corps se sont fait un peu débordés et le ton est monté avec certains jeunes. L'un d'eux a même été aspergé de gaz lacrymogène. Toute l'après-midi, il y a eu des courses-poursuites dans les rues piétonnes, des incidents. Et le soir, alors que les terrasses étaient noires de monde, en guise de représailles, la vitrine d'un autre magasin de vêtements, appartenant au même propriétaire, a volé en éclats, sous les rafales d'une kalachnikov. Vingt-huit douilles ont été retrouvées sur place. Il n'y a pas eu de blessé. Seule une femme enceinte a été prise de contractions et conduite à l’hôpital. Selon des témoins, le tireur, lui, est reparti tranquillement à pied, faisant preuve d'un grand sang-froid.

Une marque dont raffolent les footballeurs et les rappeurs

Un impact de balle, sur le mur du magasin visé par le tireur à la kalachnikov - Radio France
Un impact de balle, sur le mur du magasin visé par le tireur à la kalachnikov © Radio France - Véronique Pueyo

Le magasin, qui a été visé, samedi soir, par les tirs de kalachnikov, propose des vêtements de marque, plutôt chers. Juste à côté, il y a un autre magasin, plus sécurisé, dans lequel on entre après avoir sonné, comme dans une bijouterie. Il faut dire que là, on trouve toute la gamme -encore plus chère- d'un créateur allemand très apprécié des rappeurs et des footballeurs, dont l’emblème est une tête de mort, stylisée et argentée. Et c'est le seul endroit à Grenoble où l'on peut acheter ce genre d'articles. Il attire donc une riche clientèle, parfois un peu particulière et qui souvent paie en liquide.

Le commerçant, très choqué, a déposé plainte. Quant au rappeur Ninho, il aurait été menacé. En clair, on lui aurait déconseillé de revenir à Grenoble.

Le magasin, dont la vitrine a été mitraillée, propose, dans sa partie sécurisée,  les vêtements -très chers- d'un créateur allemand, adoré des rappeurs et des footballeurs - Aucun(e)
Le magasin, dont la vitrine a été mitraillée, propose, dans sa partie sécurisée, les vêtements -très chers- d'un créateur allemand, adoré des rappeurs et des footballeurs -

La police a lancé un appel à témoins et creuse pour l'instant cette piste de l’expédition punitive, mais l'enquête est rendue compliquée par le manque de caméras de vidéo surveillance dans ce secteur, pourtant toujours très fréquenté.