Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mobilisation citoyenne contre les villas Ferracci

lundi 31 juillet 2017 à 9:18 Par Hélène Battini et Olivier Castel, France Bleu RCFM

150 citoyens réunis ce dimanche à Vizzavona ont demandé la démolition des deux villas de Pierre Ferracci situées dans la baie de la Rondinara à Bonifacio. Un Collectif non identifié soutenu par l’association « U Levante ».

Réuni sous les arbres de la forêt de Vizzavona, le collectif citoyen entend fédérer associations et anonymes.
Réuni sous les arbres de la forêt de Vizzavona, le collectif citoyen entend fédérer associations et anonymes. © Radio France

Corse, France

Les membres de ce collectif se sont ligués contre la décision de justice de la Cour d'appel de Bastia de condamner le PDG du Groupe Alpha sans ordonner la remise en état des lieux sur ce site classé espace remarquable. Après une discussion où chacun a pris la parole, c'est une action pacifique qui s'est décidée. Rendez-vous est pris au pied des villas Ferracci, le 13 août prochain.

"Per a salvezza di a terra Corsa"

Devant une banderole "Per a salvezza di a terra Corsa", ils ont afflué de toute la Corse ce dimanche à Vizzavona. Militants associatifs, politiques, ou culturels, chacun a pris la parole, y compris Christian Novella, membre de la direction d'U Levante. « On a rien individuellement contre les gens qui trichent, c’est plutôt le système. On enfreint la loi volontairement on attend que l’Etat réagisse, il y a des interruptions de travaux qui sont données, le temps qu’elles interviennent, les travaux sont terminés. Ensuite pour démolir ce n’est pas évident… »

"On ne commence pas un combat citoyen par la violence…"

Si l'association "U Levante" n'est pas officiellement partie prenante, elle soutient l'initiative. Le but étant d'abord de savoir ce que l'on fait, après les solutions radicales, comme celle de détruire les villas à la force des bras, une solution de consensus se profile. Maxime Susini, l'un des participants : « J’ai senti beaucoup de nervosité de la part de quelques personnes aussi et je pense qu’on a besoin d’être sereins, moi je ne prendrai pas responsabilité de descendre mes petits cousins ou frères à une manifestation où l’on va tout casser. On ne commence pas un combat citoyen par la violence… »

Une solution pacifique

L’option de la non-violence, se rendre à la Rondinara puis à la mairie de Bonifacio, finalement choisie, satisfait Frédérique Ettori, l'une des organisatrices. « Nous pensons avoir mobilisé diverses associations, c’était le but du rassemblement, nous avons désignés divers représentants des différentes régions de Corse. Nous allons sans doute décider d’un communiqué. »

Le collectif devrait demander au maire de Bonifacio, et aux élus de tous bords de se positionner. Des élus qui n'ont pas participé au rassemblement de Vizzavona. Rappelons que côté judicaire, un pourvoi en Cassation est en cours de rédaction par les avocats d'U Levante.