Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - Mobilisation des lycéens à Toulon ce lundi

lundi 3 décembre 2018 à 14:57 Par Christelle Marquès, France Bleu Provence

Plusieurs centaines de lycéens ont manifesté ce lundi matin à Toulon, en marge de la mobilisation des gilets jaunes avec des revendications très variées. Des dégradations ont eu lieu dans la ville. Des jeunes ont été interpellés et des policiers sont blessés.

manifestation des lycéens à Toulon ce lundi
manifestation des lycéens à Toulon ce lundi © Radio France - Christelle Marquès

Toulon, France

Des lycéens du Parc Saint-Jean et de Cisson ont retrouvé leurs camarades de Dumont d'Urville avant de rejoindre le centre-ville et le lycée Bonaparte ce lundi matin, dans la plus grande anarchie, entraînant des problèmes de circulation aux entrées de la ville de Toulon. Plusieurs interpellations ont eu lieu. Et des policiers sont blessés. Les lycéens se sont organisés tout le week-end, via les réseaux sociaux pour se donner rendez-vous ce lundi matin. 

Partis du lycée du Parc Saint-Jean et de Cisson, les jeunes ont rejoint leurs camarades devant le lycée Dumont d'Urville. Le cortège a alors rejoint le centre-ville dans un ordre très dispersé en passant par l'arrière de la mairie jusqu'à la place de la Liberté.  Ils se sont ensuite arrêtés un bon moment devant le lycée Bonaparte avant de se rendre à l'entrée de la ville.

La circulation a été très perturbée, et les forces de l'ordre ont eu le plus grand mal à assurer la sécurité des participants, dont la manifestation n'avait pas été au préalable déclarée. Les revendications sont très variées. Elles vont de la hausse des frais d'inscription pour l'entrée à l'université, en passant par les bourses qui ne sont pas assez importantes, ou encore la hausse du prix des carburants car "nous aussi, on va bientôt avoir une voiture" confiaient plusieurs jeunes. 

"Un climat insurrectionnel" selon un policier sur place

Très excités, certains lycéens sont montés sur des voitures, ont brûlé des poubelles au beau milieu du boulevard de Strasbourg. Pour faire face à ces comportements, les policiers renforcés par des gendarmes mobiles n'ont pas hésité à faire usage de gaz lacrymogène. "On est face à un climat insurrectionnel depuis 7h ce matin, ça part dans tous les sens" commente un policier sur place. 

Afin d'éviter d'éventuelles dégradations, le centre commercial Mayol confirme avoir fermé ses accès pendant le passage du cortège. Des dégradations dénoncées par de nombreux lycéens eux-mêmes, estimant que cela ne servait à rien de casser pour se faire entendre.

Plus généralement dans le Var, sur les 24 lycées, 14 ont fait l'objet de mobilisations variées allant du simple rassemblement jusqu'au filtrage à l'entrée. "Aucun établissement n'a été fermé" selon le rectorat. Des dizaines de personnes ont été interpellés en marge de ces manifestations, à Toulon, Hyères, La Seyne-sur-Mer, et Six-Fours. 38 ont été placées en garde à vue. 13 policiers ont été blessés ce lundi venant s'ajouter aux sept fonctionnaires touchés depuis jeudi.

"Des appels à l'émeute" selon le Directeur de la Sécurité publique dans le Var

Henri Castets, le Directeur départemental de la Sécurité publique dans le Var, déclare à France Bleu Provence : "Tout le week-end sur les réseaux sociaux, on a suivi les appels à casser, à brûler, à agresser ceux qui sont chargés d'assurer la protection des citoyens, c'est à dire les fonctionnaires de police. On ne va pas rester les bras ballants face à cette provocation car il y a des infractions pénales qui sont constituées. On va tout faire pour identifier les auteurs de ces  messages, faire des procédures pénales et en accord avec le procureur de la République , engager des poursuites contre tous ceux qui appellent à l'insurrection et à la révolte armée.

Dans le cortège en tout cas, pas question de ne pas recommencer. De nouvelles mobilisations sont prévues dans les jours à venir.

Le boulevard de Strasbourg s'embrase à Toulon - Radio France
Le boulevard de Strasbourg s'embrase à Toulon © Radio France - Christelle Marquès