Faits divers – Justice

Mobilisation à la frontière franco-suisse: une bouteille suspecte marquée "nitro" contenait en fait de la drogue

Par Blandine Costentin, France Bleu Besançon vendredi 14 février 2014 à 8:21

GHB drogue du violeur
GHB drogue du violeur © Maxppp

Un Egyptien interpellé à la gare de La Ferrière-sous-Jougne en Franche-Comté a été suspecté de transporter de la nitroglycérine à bord du train Paris-Venise. Périmètre de sécurité, démineurs arrivés par hélicoptère... Dans la soirée de jeudi, le mystère a été levé: il s'agissait de GHB, la drogue du violeur.

Tout commence dans la nuit de mercredi à jeudi, vers deux heures, à la gare de La Ferrière-sous-Jougne, à la frontière franco-suisse. Les douaniers interpellent un passager du train Paris-Venise. Cet Egyptien transporte une bouteille suspecte, avec une étiquette marquée "nitro" . Elle est entourée de papier aluminium et de plâtre. A l'intérieur, une substance opaque, moitié liquide, moitié solide. Le passager affirme qu'on lui aurait confié la bouteille.

Des démineurs, un laboratoire mobile

Dans un premier temps, les enquêteurs redoutent donc qu'il s'agisse d'explosifs. Des moyens importants sont mobilisés. Un périmètre de sécurité de 70 mètres  est déployé autour de la douane. Une équipe de démineurs arrive de Colmar, par hélicoptère. Puis, c'est un laboratoire mobile, venu de Metz, qui vient procéder à des tests plus affinés dans la journée. 

La drogue du violeur

Le risque d'explosion est finalement écarté et de nouvelles analyses permettent de déceler fans la bouteille la présence de GHB , une drogue de synthèse, connue pour ôter les inhibitions de ceux qui l'absorbent. Baptisée "drogue du violeur", le GHB est administré aux victimes à leur insu.

Le dispositif de sécurité installé à la douane a été levé jeudi soir vers 21h45. Le suspect, âgé de 33 ans, est toujours en garde à vue.

Partager sur :