Faits divers – Justice

Mohammed migrant de Calais : "je ne me sens vraiment bien en France que depuis que je suis en Dordogne"

Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord vendredi 7 octobre 2016 à 16:51

Mohammed prend chaque jour deux heures de cours de français
Mohammed prend chaque jour deux heures de cours de français - Arnaud Lhote

Mohammed est originaire du Darfour. Il fait partie de ceux que l'on appelle les migrants de Calais. Il est arrivé à Périgueux cet été. Il raconte comment il a retrouvé dans cette petite ville du Sud-Ouest le calme et la sérénité.

Mohammed a 31 ans. Il fait partie des migrants qui se sont installés dans la jungle de Calais. Mais depuis l'été, ce jeune homme originaire du Darfour vit en Dordogne. Avec l'aide de l'ASD, l'Association de Soutien de la Dordogne, il a trouvé un logement dans l'agglomération de Périgueux. Un toit en dur, de l'électricité , une douche et des repas chauds après des mois de vie précaire dans les baraquements de Calais.

Au Darfour, Mohammed était comptable dans une société d'ingénierie. Comme beaucoup de compatriotes, il a fui la guerre civile qui fait rage dans son pays. Il y a d'abord eu la traversée de la Méditerranée dans un bateau de passeur, l'accostage à Tarento en Italie et le long chemin pour rejoindre Calais.

"A Calais y'avait pas d'hygiène"

De la jungle, il garde le souvenir d'une vie rude " à Calais y'avait pas d'hygiène". Mais depuis deux mois, depuis son arrivée en Dordogne, après un long voyage en bus, il a retrouvé sa dignité " je ne me sens vraiment bien en France que depuis que je suis en Dordogne". Et Mohammed remercie l'association qui accompagne les migrants à Périgueux " ils nous aident à tous les niveaux, le logement, pour manger, ils s'occupent de nous dans tous les domaines, même de la santé".

"Rendre à la Dordogne ce qu'elle m'a donné"

Chaque matin du lundi au vendredi , Mohammed suit deux heures de cours de français. Il commence même à pouvoir réciter lentement, une petite poésie "dans le ciel un oiseau passe, il y a des nuages mais le soleil brille aussi". Mohammed le dit, il veut rester en France "pour rendre à la Dordogne ce qu'elle m'a donné".

A partir du 17 octobre, 70 migrants de Calais comme Mohammed rejoindront la Dordogne. Ils sont syriens, irakiens afghans et comme Mohammed, ils fuient les violences de leurs pays.

Partager sur :