Faits divers – Justice

Moirans : "trois mois pour une enquête de cette nature ce n'est pas long" (procureur)

Par Nicolas Crozel, France Bleu Isère mardi 19 janvier 2016 à 9:17

Le procureur de Grenoble Jean-Yves Coquillat était l’invité de France Bleu Isère matin au lendemain du coup de filet mené à Moirans après les émeutes d'octobre dernier. L'occasion aussi d'évoquer l'avancée de l'enquête après l'avalanche meurtrière de mercredi dernier à la station des "2 Alpes".

Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble, défend sa méthode et son action. Invité de la matinale de France Bleu Isère, il a justifié les trois mois d'enquête qui ont permis d'aboutir, lundi matin, aux interpellations à Moirans. Le procureur de Grenoble rappelle l'importance du temps judiciaire pour recueillir des indices, recouper les éléments (vidéo surveillance, génétique, etc...). "Cela ne sert à rien d'interpeler sans preuve sinon les suspects sont relâchés au terme de leur garde à vue" constate le procureur de la République de Grenoble qui réfute tout laxisme de la Justice. 

"Aux Deux-Alpes, le dossier est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît"

Le procureur de la République de Grenoble a également fait le point sur l'enquête après l'avalanche meurtrière aux Deux-Alpes. Certes, il y a une faute manifeste de l'enseignant, mis en examen pour "homicides involontaires", qui a emmené des lycéens sur une piste fermée, mais le dossier est beaucoup plus complexe. "Il peut y avoir d'autres responsabilités" confie Jean-Yves Coquillat. Il y aussi la fragilité de l'enseignant soigné pour des problèmes psychiatriques. Le procureur de Grenoble n'exclut pas que l'enquête s'oriente aussi du côté de la hiérarchie de cet individu pour questionner sur son aptitude à encadrer ce type de sortie scolaire. "Là encore Il faudra du temps pour mener à bien cette enquête, loin des discours simplistes du café du commerce" conclu le magistrat.

Jean-Yves Coquillat sur France Bleu isère