Faits divers – Justice

Des gens du voyage incendient des voitures à Moirans, en Isère, et déclenchent une mutinerie en Savoie

Par Xavier Demagny, Marie Rouarch et Denis Souilla, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu mardi 20 octobre 2015 à 17:13 Mis à jour le mercredi 21 octobre 2015 à 7:40

Des voitures incendiées sur la RD 1085 à Moirans.
Des voitures incendiées sur la RD 1085 à Moirans. © Radio France - Marie Rouarch

Une centaine de gens du voyage ont incendié des voitures mardi après-midi à Moirans (Isère) pour demander la libération d'un jeune homme de 17 ans pour qu'il puisse se rendre à des obsèques. Quelques heures plus tard, une mutinerie a éclaté, pour les mêmes raisons, à Aiton (Savoie).

Ils réclament la libération d'un détenu pour qu'il assiste à des obsèques

Une centaine de gens du voyage ont bloqué la route départementale 1085 mardi  à Moirans (Isère). Dès 15h30, ils ont caillassé et incendié des véhicules sur la chaussée. Près d'une centaine de personnes ont pris part à cette émeute sur cet axe très fréquenté reliant Grenoble à Bourgoin-Jallieu. Outre la circulation des voitures, totalement paralysée dans les deux sens, le trafic SNCF a lui aussi été très perturbé. En gare de Grenoble, des trains Grenoble-Lyon et Grenoble-Valence ont été bloqués sur les lignes. Après des scènes de panique à Moirans, la situation était mardi soir "sous contrôle" selon le préfet de l'Isère. En fin d'après-midi, ces violences ont entraîné un soulèvement dans le centre pénitentiaire d'Aiton situé en Savoie.

Un habitant de Moirans témoigne sur les faits.

Selon la mairie de Moirans, les dégradations incendies de voitures sont liés à l'accident qui a fait trois morts et un blessé dans la nuit de vendredi à samedi à Saint-Joseph-de-Rivière. Sur place des gens du voyage ont brûlé des palettes, des poubelles et des voitures. Ils réclament la libération  d'un jeune homme incarcéré à Aiton (Savoie) pour qu'il puisse assister aux obsèques des trois jeunes décédés, dont son frère. Il y a deux mois, des gens du voyage bloquaient l'autoroute A1, dans la Somme, pour qu'un homme emprisonné assiste aux obsèques de son père. Le scenario semble donc se répéter.

"Une cinquantaine de personnes cagoulées qui caillassaient"

Les voitures viendraient d'un garage à proximité. Les gens du voyage se seraient introduit dans l'établissement et auraient menacé son propriétaire. Des témoins sur place racontent : "on a vu de la fumée noire s'échapper, il y avait déjà une cinquantaine de personnes cagoulées qui caillassaient des voitures d'une casse ou d'une vente de voitures d'occasions. (...) Ils ont pris les voitures et les ont mises au milieu de la Départementale. (...) Ils sont repartis vers la gare de Moirans et ont brûlé des voitures. C'est une scène de guerilla, c'est impressionnant." Des véhicules ont effectivement été incendiés sur le parking de la gare puis placés sur les voies ferrées, bloquant totalement les trains entre Grenoble et Lyon ou Valence. À Moirans, des habitants ont reconnu avoir été "très choqués" par les actes très violents proférés par des personnes cagoulées. Pour contenir les violences et empêcher de nouveaux dégâts, des CRS en gendarmes ont pris place mardi soir à Moirans pour sécuriser le secteur afin que les pompiers puisse éteindre des foyers d'incendie, des véhicules en feu depuis plus de deux heures pour certains. Des habitants de Moirans et riverains ont été tenus à l'écart par les forces de l'ordre.

Une automobiliste : "ils ont mis des voitures, des palettes et ont mis le feu"

Une témoin : "on a vu une cinquantaine d'individus avec des barres de fer"

Des voItures ont été amenées sur la route pour être incendiées.  - Radio France
Des voItures ont été amenées sur la route pour être incendiées. © Radio France - Marie Rouarch

Le Premier ministre a réagi


Comme une traînée de poudre : une mutinerie en Savoie

Les violences qui ont éclaté vers 15h30 en Isère se sont propagées à une centaine de kilomètres, à Aiton, peu après 17 heures, au centre de détention où une mutinerie s'est déclenchée. Une vingtaine de détenus ont mis le feu à leur coursive et détruit les serrures de leurs cellules. Une partie des détenus réclamait que l'un des leurs puisse bénéficier d'une permission pour pouvoir assister à des obsèques. Il s'agit d'un frère du jeune homme de 17 ans, issu de la communauté des gens du voyage, mort dans un accident de voiture dans la nuit de vendredi à samedi en Isère à Saint-Joseph-de-Rivière. Une équipe régionale d'intervention et de sécurité (Eris), venue de Lyon, est sur place mardi soir au centre de détention d'Aiton pour sécuriser les lieux. Cette unité est spécialisé dans le rétablissement de l'ordre dans les prisons. Tout le personnel de la centrale pénitentiaire a été confiné dans l'établissement en début de soirée.

Le centre de détention d'Aiton (Savoie). - Maxppp
Le centre de détention d'Aiton (Savoie). © Maxppp
Une carcasse de voiture brûlée sur la RD 1085. - Radio France
Une carcasse de voiture brûlée sur la RD 1085. © Radio France - Marie Rouarch
Cinq véhicules en feu sur la RD 1085. - Radio France
Cinq véhicules en feu sur la RD 1085. © Radio France - Marie Rouarch
Moirans (Isère) et Aiton (Savoie) à une centaine de kilomètres de distance. - Aucun(e)
Moirans (Isère) et Aiton (Savoie) à une centaine de kilomètres de distance. - Denis Souilla