Faits divers – Justice

Moirans : rejet de la demande de sortie du détenu sous escorte, les obsèques se tiennent ce mercredi

Par Denis Souilla et Léopold Strajnic, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu mercredi 21 octobre 2015 à 12:17

Les obsèques du jeune homme ont débuté à Moirans.
Les obsèques du jeune homme ont débuté à Moirans. © Radio France - Xavier Demagny

La Justice a rejeté la nouvelle demande d'autorisation de sortie sous escorte d'un détenu afin de lui permettre d'assister à l'enterrement de son frère à Moirans (Isère). Mardi, une centaine de gens du voyage incendiaient des voitures, une mutinerie se déclenchait, pour protester contre ce rejet.

 15h30 - Notre reporter sur place nous confirme que la cérémonie a débuté en l'église de Moirans, où plusieurs centaines de personnes auraient pris place à l'intérieur. Les obsèques du jeune de 17 ans issu de la communauté des gens du voyage, tué ce week-end dans un accident de voiture, se tiennent donc ce mercredi après-midi, en l'absence du frère incarcéré de la victime.

Après les émeutes de Moirans (Isère) mardi après-midi, la juge d'application des peines d'Albertville (Savoie) a rejeté à nouveau mercredi la demande d'autorisation de sortie sous escorte d'un détenu du centre de détention d'Aiton en Savoie afin de lui permettre d'assister à l'enterrement de son frère à Moirans (Isère), selon Me Ronald Gallo, son avocat. Celui-ci avait été transféré à la prison de Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône, suite aux incendies de voitures et à la mutinerie mardi.

La mère du jeune homme tué dans un accident à Saint-Joseph-de Rivière (Isère), dans la nuit de vendredi à samedi, a donc annoncé qu'elle annulait les obsèques prévues ce mercredi à 14 heures dans l'église de la petite commune près de Grenoble avant de finalement changer d'avis. A 14h00 ce mercredi, l'incertitude planait toujours sur la tenue de la cérémonie. Une première demande d'autorisation de sortie sous escorte, pour que son fils détenu puisse assister aux obsèques, avait déjà été refusée par le juge des libertés.

"Je ne comprends pas pourquoi on ne laisse pas mon fils sortir"

La mère : "je ne suis pas pour la violence, ce n'est pas ce que je voulais"

Adèle Vinterstein, en pleurs, à bout, fait part de son incompréhension. Dans sa caravane, entourée de sa mère et de sa sœur : "je ne comprends pourquoi on n'a pas voulu sortir mon fils, je ne comprends pas... Ce n'est pas un violeur, pas un pédophile, pas un tueur. Je ne suis pas pour la violence, ce n'est pas ce que je voulais". Les sanglots dans la voix, la mère poursuit en appelant au calme et à ne pas réitérer les émeutes de la veille : "s'il vous plaît, arrêtez! Je suis une maman. Il ne faut pas qu'il y ait d'autres drames. La violence n'arrange rien !".

À lire aussi

Rhône-Alpes : retour au calme après les soulèvements des gens du voyage en Isère et en Savoie

Une centaine de gens du voyage incendient des voitures en Isère et déclenchent une mutinerie dans une prison en Savoie

Le centre de détention d'Aiton (Savoie) - Maxppp
Le centre de détention d'Aiton (Savoie) © Maxppp