Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Mon fils n'était pas un drogué." Le témoignage de la maman du jeune décédé à Toulon après un festival électro

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu Azur

Queques jours après la mort d'un jeune homme de 21 ans en marge d'un festival de musique électro à Toulon, sa famille sort de son silence. La maman de la victime veut lancer un message d'alerte sur "cette drogue qui tue". Témoignage.

Public d'un concert de musique électro (illustration)
Public d'un concert de musique électro (illustration) © Maxppp - Marc Ollivier

C'est une mère brisée par la douleur et en colère face à ceux "qui ont fait preuve d'amateurisme" et ceux qu'elle traite de "terroristes qui donnent n'importe quoi à des gamins" qui souhaite aujourd'hui témoigner dignement après la mort de son fils lundi après un malaise alors qu'il participait à une soirée électro au Zénith Oméga de Toulon. Elle veut notamment alerter les parents sur les dangers encourus par leur enfant lorsqu'ils fréquentent ce type de soirées.

"Mon fils était tout l'inverse d'un drogué. Oui, il faisait la fête le week-end, comme beaucoup de jeunes, à boire un coup... Il était dans la vie, dans le sport, et pas du tout un drogué. D'ailleurs, on ne sait pas encore s'il a pris quelque chose volontairement ou si c'est quelqu'un qui a mis quelque chose dans son verre. Il s'est rendu à cette manifestation, en plus en étant fatigué d'avoir bossé toute la semaine, d'avoir fait des heures supplémentaires encore le matin, et voilà."

"Il y a eu un manque de prise en charge, cet amateurisme a coûté la vie à mon fils. Et le message que je souhaite faire passer, c'est que cette drogue fait des ravages, et que juste un jeune qui venait faire la fête pour la musique s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Et qu'en étant fatigué, il a payé de sa vie l'amateurisme de tant de gens, et de personnes tellement peu scrupuleuses qu'elles veulent juste se faire de l'argent sur les autres, ces terroristes qui donnent n'importe quoi à des gamins" témoigne la maman du jeune homme. 

Elle réclame davantage de dispositifs de sécurité autour de ce type de manifestations. 

La sécurité en question

"La sécurité des festivaliers est notre priorité", déclare le président fondateur du festival. Guillaume Vella a en effet le sentiment que tout a été fait. "Nous sommes mêmes le seul festival à avoir mis en place des bus pour que les festivaliers viennent et repartent en toute sécurité. Il y avait aussi un stand de prévention sur les dangers de l'alcool et de la drogue " poursuit le jeune homme. 

Le Zénith Oméga de Toulon évoque même un dispositif de sécurité surévalué par rapport aux 3.000 participants. 

"Un dispositif adapté pour un concert de Michel Sardou, mais peut-être pas pour un événement avec de la drogue et de l'alcool qui coule à flot", contredit un spécialiste de ce type de manifestations dans le domaine de la sécurité. Par ailleurs, la salle de spectacles évoque l'absence de débordement : pas de bagarre à l'extérieur. Et c'est exact, contrairement à l'édition précédente. Tout a été contenu à l'intérieur de la salle.

"Un carnage à l'intérieur" selon un témoin

"C'est le problème justement. L'équipe soignante a été complètement débordée, tellement il y avait de monde qui se présentait" raconte un témoin, professionnel du secours à la personne. "Cela gémissait et vomissait dans tous les sens" poursuit la même source, évoquant à l'intérieur "un véritable carnage".

Une enquête est en cours. Elle va notamment s'attacher à vérifier qu'en effet le dispositif de sécurité était suffisamment dimensionné en fonction, certes du nombre de participants, mais aussi de la nature de la manifestation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu