Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moncoutant-sur-Sèvres : l'homme retranché chez lui s'est rendu

-
Par , France Bleu Poitou
Moncoutant, France

L'habitant de Moncoutant-sur-Sèvres, retranché chez lui depuis mardi 25 février après-midi s'est rendu ce mercredi dans la matinée. Il a été interpellé et va faire l'objet d'un examen médical.

Le GIGN a passé la nuit à négocier avec l'homme retranché chez lui.
Le GIGN a passé la nuit à négocier avec l'homme retranché chez lui. © Radio France - Philippe Paupert

Fin d'une longue attente à Montcoutant-sur-Sèvres. Le quinquagénaire armé d'un fusil et retranché chez lui depuis mardi 25 février après-midi a été interpellé peu après 10h ce mercredi matin. Il s'est rendu de lui-même, après que le GIGN a passé la nuit sur place pour négocier avec lui. L'arrestation s'est faite sans heurts. Selon le maire de Moncoutant, Gilles Pétraud, le frère de l'homme barricadé a également parlé avec lui pour tenter de le raisonner. 

Il va faire l'objet d'un examen médical afin de savoir si son état de santé nécessite une hospitalisation ou s'il peut être placé immédiatement en garde à vue. 

Mardi après-midi, c'est sa femme qui a alerté les secours : à son arrivée, l'homme de 58 ans était barricadé chez lui, et refusait de lui ouvrir. A l'arrivée des pompiers et gendarmes, il a tiré deux coups, l'un en l'air et l'autre en direction des véhicules. La capitaine de gendarmerie de Parthenay a mis tout le monde à l'abri et appelé des renforts. Le GIGN et les négociateurs ont pris la suite des opérations. 

Le quartier a été bouclé et les voisins confinés chez eux toute la nuit. 

Le maire de Moncoutant se dit soulagé : "Tout le monde avait peur qu'il y ait un blessé ou un dénouement beaucoup plus malheureux de son côté ou du côté des négociateurs." L'usine proche du lieu des négociations a mis des bureaux à dispositions des secours et des voisins ont ouvert leurs portes pour accueillir les pompiers. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu