Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mont-de-Marsan : quatre hommes condamnés pour les violences place Saint-Roch début juin

-
Par , France Bleu Gascogne

Quatre jeunes Montois d'une vingtaine d'années ont été condamnés ce jeudi à de la prison avec sursis pour des faits de violences en réunion, commis le premier week-end de l'ouverture des bars. Une bagarre avait opposé deux groupes, dans la nuit du 6 au 7 juin, place Saint-Roch, à Mont-de-Marsan.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Valérie Mosnier

Ce samedi 6 juin, c'est le premier week-end de l'ouverture des bars. Une soirée bien arrosée pour certains. Deux groupes, l'un de Saint-Sever et l'autre de Mont-de-Marsan, se trouvent place Saint-Roch. Tout est parti d'une histoire de veste. Un membre du groupe de Saint-Sever prend une veste, pensant qu'il s'agit de la sienne, mais quand on lui demande, il ne veut pas la rendre. Le ton monte et l'altercation dégénère. 

Le Saint-Séverin donne alors un coup de poing et part en courant, mais il est rattrapé par les Montois. Il est alors roué de coups. Une vingtaine de secondes à peine mais un vrai déchaînement de violence avec "plusieurs _coups de pieds en pleine tête_" explique le Procureur de la République de Mont-de-Marsan, Olivier Janson. Quatre personnes s'acharnent sur lui. Un second reçoit des coups de poings et des coups de pieds. L'intervention de tiers permet de temporiser ce qui risque alors de se transformer en bagarre générale. 

La victime principale s'en sort miraculeusement avec six jours d'ITT (incapacité totale de travail) et une plaie dans le dos, qui ressemble à un coup de couteau. Mais, le médecin légiste qui examine le trentenaire évoque également un autre objet tranchant, comme des tessons de bouteilles. Pour tenter de le savoir, et identifier rapidement les auteurs des violences, le parquet de Mont-de-Marsan et les enquêteurs vont mettre donc mettre moins de deux semaines. 

Pas de coup de couteau

Les vidéos de surveillance de la ville sont analysées, mais ce sont surtout des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, qui vont aider la police et la justice. En visionnant les images, pas de couteau. Un seul témoin rapporte la description d'un homme, mais qui ne correspond à aucune personne présentes sur les lieux ce soir là. "Un témoignage sujet à caution", résume Olivier Janson, "il n'est pas établi qu'il y ait eu un coup de couteau, ce témoignage n'est peut-être pas faux, mais il n'est  corroboré par rien d'autre". La victime reconnait elle même qu'elle ne sait comment elle a pu être blessée, et d'ailleurs ne parle pas de couteau. 

La vidéo aura été très utile dans cette enquête, puisqu'elle aura également permis d'identifier plusieurs personnes. Six au total. Elles ont été convoquées ce mercredi au commissariat et placées en garde-à-vue. L'une d'entre elle est rapidement relâchée, présente le soir des faits, elle est mise hors de cause. 

Les cinq autres reconnaissent les faits. Tous sont sans antécédents judiciaires. Parmi eux, un mineur, qui a participé aux violences de façon plus légère en bousculant la victime pour la faire tomber, sera jugé en septembre. Les quatre majeurs, présentés ce jeudi après-midi, ont été condamnés à quatre mois de prison avec sursis probatoire (avec mise à l'épreuve) pour des faits de violence en réunion. Cela veut dire qu'en plus de la peine d'emprisonnement avec sursis, les quatre Montois doivent indemniser la victime, effectuer 105 heures de travaux d'intérêt général. Ils ont également interdiction de fréquenter un débit de boisson pendant un an et demi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess