Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Montagne surfréquentée, secours débordés en Isère

Ce n'est pas un été comme les autres pour les secours en montagne. A cause du Covid-19, les Français ont choisi massivement la montagne pour leurs vacances. Les massifs isérois sont blindés et le nombre de secours en montagne explose.

60 secours en montagne, la semaine dernière pour les CRS Alpes de Grenoble, du jamais vu !
60 secours en montagne, la semaine dernière pour les CRS Alpes de Grenoble, du jamais vu ! - Montagne PLus

Sur la semaine qui vient de se terminer, la CRS Alpes a fait 60 interventions, alors que l'été dernier, elle en avait fait à peine 40. Bref une saison qui restera dans les annales pour le capitaine Laurent Jaunâtre qui dirige la CRS Alpes. 

Ecoutez le témoignage du Capitaine Laurent Jaunâtre qui commande la CRS Alpes

60 secours en montagne, en une semaine, un record !

"Nous avons eu beaucoup d'interventions mais elles concernent surtout les randonneurs, qui se perdent, se retrouvent bloqués dans des barres rocheuses ou des sentiers escarpés, ou qui chutent. Cela prouve que ces vacanciers ne connaissent pas la montagne, n'ont pas le niveau technique et le matériel adéquat. Nous avons aussi des accidents de VTT, notamment de descente. Un peu de canyoning, mais aucun accident d'escalade ou d'alpinisme, par exemple. Nous avons eu un mort, un jeune cycliste qui a chuté dans un ravin, à Allevard."

Un parapentiste en fâcheuse posture sauvé grâce à la CRS Alpes

Et puis, dimanche soir, la CRS Alpes a secouru un parapentiste en mauvaise posture dans le massif de Belledonne. Il était resté accroché avec un bout de sa voile sur un piton rocheux, après avoir volé un peu trop près de la paroi. L'homme a appelé les secours grâce à son portable. Un hélico a déposé à distance des secouristes, car le vent brassé par les pales de l'appareil risquait de faire regonfler ou déchirer la voile. Le parapentiste a été tiré de ce mauvais pas ! Il doit une fière chandelle aux hommes de la CRS Alpes.

Le 112 n'est pas toujours appelé à bon escient

Un autre raison peut expliquer cette hausse des interventions. En effet, dès qu'ils ont un problème, les touristes font le 112. "C'est le revers de la médaille du portable car on peut nous appeler facilement au secours ! Certes, c'est notre travail aussi de faire le tri. Mais parfois, on arrive sur place, et cela ne méritait pas de déplacer un hélicoptère !" souligne le Capitaine Jaunâtre.

Plus d'interventions mais à effectif constant

Les secours en montagne ont donc plus de travail mais à effectif constant. Alors comment font-ils face a une demande accrue ? "Les différents partenaires de la chaîne des secours : pompiers, médecins du samu, pilotes d’hélicoptère, tous nous avons appris à mieux nous coordonner au fil des années. Je les remercie d'ailleurs tous pour cela ! Car déclencher un secours en montagne, c'est complexe ! Les gens pensent parfois que cela se fait d'un claquement de doigt, on nous appelle et on arrive en hélico, cela ne se passe pas comme cela !" explique Le Capitaine Jaunâtre. De leur coté, les gendarmes du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) qui interviennent en alternance, une semaine sur deux, avec les CRS, notent, eux aussi, cette même tendance d'un nombre de secours en augmentation, surtout pour la randonnée pédestre et la pratique du VTT, notamment de descente.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess