Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Montargis : des passants touchés par des tirs de pistolet à plomb, un jeune homme en garde à vue

-
Par , France Bleu Orléans

Un jeune majeur est en garde à vue ce lundi à Montargis (Loiret). Il est soupçonné d'avoir tiré avec un pistolet à plombs sur des passants et de les avoir légèrement blessés vendredi, place de la République à Montargis.

Voiture de la police municipale (illustration)
Voiture de la police municipale (illustration) © Radio France - Nina Valette

Montargis, France

"Un jeune majeur est en garde à vue depuis ce lundi après-midi", explique le procureur de la République de Montargis, Loïc Abrial. Interpellé dans une commune à proximité de Montargis, il est soupçonné d'avoir tiré sur deux passants avec un pistolet à plombs vendredi, place de la République, et de les avoir blessés.

Deux passants touchés par les tirs

A 13h30, une femme de 63 ans ressent une légère douleur, "comme si elle avait été piquée", au niveau de l'oreille droite, alors qu'elle se promène place de la République à Montargis (elle aura finalement deux jours d'interruption temporaire de travail). A 17h30, un homme de 58 ans est lui aussi blessé à la main "après avoir reçu un projectile", il prévient alors la police municipale. 

Le suspect interpellé ce lundi

Rapidement, des témoins expliquent avoir entendu des détonations, et les policiers déterminent l'endroit d'où provenaient les tirs. Le suspect, lui, est interpellé trois jours plus tard. "Déjà connu des services de police", il aurait agi depuis une chambre d'hôtel qu'il occupait alors, place de la République à Montargis. On ne sait rien de ses motivations à ce stade, ni s'il reconnaît les faits, explique le procureur. La garde à vue devrait durer au moins jusqu'à mardi après-midi.