Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Montauban : RESF 82 craint d'être expulsé de la Maison du peuple

-
Par , France Bleu Occitanie

Les militants de RESF 82 ont organisé une manifestation aux abords du marché ce samedi 11 mai dans le centre-ville de Montauban. L'association cherche toujours des locaux pour héberger une trentaine de demandeurs d'asile qui dorment depuis dimanche soir à la Maison du peuple de la ville.

Au micro, Myriam Nacef, coresponsable de RESF 82
Au micro, Myriam Nacef, coresponsable de RESF 82 © Radio France - Simon Cardona

Montauban, France

Deux tentes vertes et bleues installées entre deux producteurs de fruits juraient avec le reste du marché ce samedi matin dans le centre-ville de Montauban. L'association Réseau d'éducation sans frontières (RESF) avait organisé une distribution de tracts et attiré une cinquantaine de personnes. Les militants dénoncent l'inaction de la préfecture du Tarn-et-Garonne et le manque d'humanité de la mairie de Montauban.

La mairie souhaite expulser RESF et les migrants de la Maison du peuple

Depuis dimanche 5 mai, RESF 82 et une trentaine de migrants dorment dans la salle polyvalente de la Maison du peuple de Montauban. Essentiellement des familles, issues de plusieurs pays de l'Europe de l'Est, qui ont toutes fait une demande d'asile auprès de la préfecture du département. À Montauban, RESF 82 a compté 101 personnes demandeuses d'asile.

Mais les services de l'État assurent n'avoir plus de place. Quant à la mairie, propriétaire de la Maison du peuple, elle a saisi la justice pour expulser RESF et les migrants vendredi 10 mai. "Le seul contact qu'on a eu avec la mairie c'est via un huissier qui est passé cette semaine nous rendre visite, et un serrurier qui voulait changer la clé de la porte d'entrée", s'exclame Myriam Nacef, militante à RESF 82.

Dans un communiqué, la maire de Montauban Brigitte Barèges explique que "les locaux ne sont pas adaptés puisque non pourvus de sanitaire et que se pose donc la question de l’hygiène et de la salubrité, en sus de la sécurité". 

"Mme Barèges n'a pas joué son rôle de médiateur"

Présent lors de la manifestation, Rodolphe Portoles, conseiller municipal (PCF) et membre de l'opposition dénonce le manque d'humanité de la part de la majorité : "Mme Barèges n'a pas joué son rôle de médiateur comme elle aurait dû le faire en tant que première magistrate de la ville de Montauban. Si on avait eu l'appui de la municipalité dès le départ, on aurait trouvé des solutions tout de suite. Aujourd'hui, on n'est plus sur un manque de réponse mais sur un conflit." 

La justice décidera de l'expulsion le vendredi 17 mai. En attendant RESF 82 attend toujours de la part de la préfecture qu'elle trouve un local dédié à l'accueil de ces demandeurs d'asile. Elle appelle à une nouvelle manifestation lundi 13 mai à 18h, devant la préfecture du Tarn-et-Garonne.