Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Montauban : 200 policiers d'Occitanie attendus pour le procès d'un Gilet jaune ce vendredi

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Il avait écrit "flic suicidé, à moitié pardonné" sur sa camionnette. Un Gilet jaune de Caussade comparait devant le tribunal correctionnel de Montauban vendredi. Le syndicat de police Alliance appelle les citoyens à venir manifester avec les agents et exige une "peine exemplaire".

L'audience avait été reportée cet été.
L'audience avait été reportée cet été. © Radio France - .

Montauban, France

Ce 6 septembre le tribunal correctionnel de Montauban juge André Roth pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique. Ce Gilet jaune de 69 ans avait marqué sur sa camionnette en avril dernier : "flic suicidé, à moitié pardonné". Cette affaire avait suscité la colère du préfet du Tarn-et-Garonne, et du secrétaire d'État Laurent Nunez. Cinq mois plus tard, les policiers, eux, n'ont pas oublié. Le syndicat Alliance Police compte rassembler au moins 200 agents devant le palais de justice. Des policiers venus de toute la région Occitanie pour exprimer leur ras-le-bol car André Roth n'a pas été le seul à diffuser ce genre de message... Et la recrudescence des suicides dans la police est vécue douloureusement dans la profession.

"Nous attendons une prise de conscience de sa part mais également une sanction à la hauteur. Pour le chant de la honte à Montpellier entonné après le suicide par arme à feu d'une officier de police au commissariat, il n'y a eu que quelques centaines d'euros d'amende et de la prison avec sursis ! Dans le Tarn, récemment, un individu s'est réjoui de la mort d'un policier, il n' a été condamné qu'à rédiger une lettre d'excuses ! Quid de nos collègues, de leurs proches ? La réponse judiciaire à ce jour est défaillante. Nous invitons les citoyens à venir soutenir leur police. Il n'est pas question de mettre la pression sur la justice mais il est temps de dire stop à l'ignoble" - David Leyraud, secrétaire régional adjoint d'Alliance Police Occitanie 

"Une boutade"

Il y a cinq mois, des passants à Caussade signalent à la gendarmerie cette camionnette. Le slogan est rédigé sur la lunette arrière en lettres noires sur fond jaune. Devant la presse, André Roth assume : "C'est surtout pour provoquer. Déconnez pas j'ai jamais appelé à tuer personne ! C'est une boutade on va dire ça comme ça..."

Depuis son avocate assure que son client a pris du recul, qu'il aborde l'audience avec inquiétude. Elle plaidera que le sexagénaire a un casier judiciaire vierge et surtout qu'il s'est tenu à carreau depuis, se soumettant scrupuleusement à son contrôle judiciaire.

Le gilet jaune risque un an de prison et 15.000€ d'amende selon le code pénal.

Choix de la station

France Bleu