Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Montauban : les syndicats peinent encore à retrouver leurs locaux à la Maison du peuple

-
Par , France Bleu Occitanie

Le tribunal administratif de Toulouse a ordonné la réouverture de la Maison du peuple, fermée depuis le vendredi 17 mai. Sauf que la mairie n'a toujours pas donné les clés.

L'entrée de la Maison du peuple de Montauban
L'entrée de la Maison du peuple de Montauban © Radio France - Simon Cardona

Les syndicats du Tarn-et-Garonne vont pouvoir retrouver leurs locaux d'ici sous peu. Mardi 28 mai, le tribunal administratif de Toulouse a ordonné la réouverture de la Maison du peuple, fermée depuis le vendredi 17 mai. La mairie avait fait changer les serrures.

Depuis plus de 10 jours, les syndicats travaillaient dans la rue, devant les portes closes de la Maison du peuple.

Mais problème, plus de 24 heures après la décision de la justice, la mairie préfère apparemment payer 200 euros d'amende par jour plutôt que de donner le nouveau jeu de clé aux syndicats, qui célébraient leur victoire dans ce combat judiciaire avec la Ville mardi soir. 

L'enthousiasme est vite retombé quand ils ont vu passer les heures sans que la mairie se manifeste pour rendre l'accès libre à la Maison du peuple. "Madame Barèges n'hésite pas à utiliser l'argent de ses contribuables comme ça..., a réagi Lina de Santi, la secrétaire départementale de la CGT. Mais elle doit comprendre qu'un maire ne fait pas ce qu'il veut. Qu'un élu de la République doit aussi respecter les lois."

La mairie n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Elle a aussi été condamnée par le tribunal administratif de Toulouse à payer 2.000 euros de dommages et intêrets.

Prochaine échéance judiciaire le 11 juin, où l'affaire entre les deux parties sera jugée sur le fond.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess