Faits divers – Justice

Montbéliard : le faux masseur mais vrai escroc arnaque presque 100 clients

Par Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu jeudi 21 janvier 2016 à 17:01 Mis à jour le jeudi 21 janvier 2016 à 16:54

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp

Sous le faux nom de Jean-Marie Bellemare, il a ouvert un salon de massage dans la rue de la Schliffe à Montbéliard en 2012. Une fois détendus, les clients se faisaient pirater leur carte bleue.L'arnaque aura duré 1 an et demi et se termine sous les verrous pour l'escroc, condamné ce jeudi matin.

Jean-Marie Bellemare, surnommé "James" n’a jamais existé. En revanche, sa condamnation du mulhousien de 41 ans qui l’avait inventé, est bien réel. Dix mois de prison dont cinq avec sursis, deux ans de mise à l’épreuve avec obligation de travailler et d’indemniser ses victimes soit 96 clients de son faux salon de massage.

Arnaque à la carte bleue

A l'énoncé des 96 victimes, l’arnaqueur hoche simplement la tête. Et d'ailleurs il le reconnait très franchement à la barre "oui j'ai ouvert le salon juste pour mettre en place mon arnaque". Le principe est simple au moment de payer, le patron passe la carte bleue des clients dans un boîtier pour copier l'emprunte ainsi que le numéro de compte *et* une caméra pointé sur les mains des clients, capte ensuite leur code secret**. Il suffit après de réimprimer une nouvelle carte bleue pour retirer de l'argent.

Un escroc caméléon

En l'occurrence des grosses sommes : 400, 500, 600€, à chaque fois, toujours à Bangkok. Et pour ceux qui aurait du liquide, une astucieuse et pourtant louche technique de bon cadeau. "Je débite votre carte de 1€, je vous les rends en monnaie et ça vous donne le droit à une réduction". Visiblement, cela n’a jamais choqué personne ou alors l’escroc n’a pas entendu les remarques soupçonneuses. "J’étais dans ma bulle, je n'avais pas assez de clients qui payait par carte, il fallait que je trouve une solution" explique le prévenu, qui n'en est pas à son coup d'essai.

Un mafieux sri lankais du nom de Shiva

Avant cette arnaque à plusieurs milliers d'euros qui lui sert à aider ses proches, à mettre de l’argent de côté et à se payer un immeuble, "Jean-Marie Bellemare" dit avoir travaillé pour un mafieux sri lankais appelé Shiva. A l’époque, il faisait passer des Thaïlandais aux Etats Unis avec de faux passeports et en passant par le Japon. C’est là que le Français se fait attraper une première fois. Il passe un temps par une prison japonaise puis est simplement exclu du pays. Il rentre alors en France où un reportage à la télé lui donne l’idée de son faux salon de massage.