Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Montbéliard : quatre ans de prison ferme pour avoir agressé sexuellement ses deux petites nièces

Un homme de 27 ans a été condamné à cinq ans de prison, dont un avec sursis, ce jeudi par le tribunal correctionnel de Montbéliard pour des faits d'agression sexuelle sur deux fillettes.

Le tribunal correctionnel de Montbéliard
Le tribunal correctionnel de Montbéliard © Radio France - Christophe Beck

Un Maîchois de 27 ans a été condamné ce jeudi par le tribunal correctionnel de Montbéliard à 5 ans de prison dont un an avec sursis, pour avoir agressé sexuellement ses deux petites nièces, âgées de 5 et 7 ans à l'époque. Les faits ont eu lieu entre septembre 2018 et avril 2019. Sur les 7 faits retenus pour l'instruction, le prévenu n'en reconnaît que 2. Le jeune homme qui assumait un rôle de père pour ces fillettes reconnaît partiellement les agressions.

Le viol non retenu

La première qualification retenue a été celle du viol, mais l'instruction n'a pas permis d'établir les faits de pénétration. Et pourtant les deux fillettes de 5 et 7 ans ont été constantes dans leur propos aux enquêteurs. "Tonton a mis son zizi dans ma nounette", avait dit la plus grande à sa maman, en avril 2019, déclenchant la procédure judiciaire.

"Tonton", c'est ce Maîchois de 27 ans, sans emploi, qui a joué le rôle de père pour les deux fillettes, les accueillant souvent chez lui à son domicile de Maîche. C'est là qu'il a dérapé. "J'ai baissé mon pyjama et je me suis frotté contre elles", concède-t-il, avec un sentiment de honte et de dégoût.

"Vous vous rendez compte des dégâts pour le futur de ces fillettes ?", lance la présidente. Le prévenu baisse les yeux. La maman est assise sur le banc de la partie civile. Son avocate confirme ces dégâts. Des troubles compulsifs. Des faits d'autodestruction. En décembre dernier, l'une des nièces victime a essayé plusieurs fois de mettre fin à ses jours.

Des faits d'une extrême gravité, pour le ministère public qui requiert quatre ans de prison. Le tribunal ira au-delà. Cinq ans de prison, dont un an avec sursis. Et inscription au fichier des délinquants sexuels.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess