Faits divers – Justice

Montélimar : les habitants du quartier Pracomtal excédés par les violences et les dégradations

Par Tommy Cattaneo, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 9 septembre 2016 à 6:17

Sur la place Georges Clemenceau, au centre du quartier Pracomtal,  tout le monde condamne les violences et les dégradations.
Sur la place Georges Clemenceau, au centre du quartier Pracomtal, tout le monde condamne les violences et les dégradations. © Radio France - Tommy Cattaneo

Le calme semble revenir ce mercredi quartier Pracomtal à Montélimar. Depuis le début du mois de septembre, plusieurs nuits ont été très agitées. Poubelles et voitures brûlées, jets de pierre sur les véhicules de police et même sur les pompiers. Les habitants, eux, n'en peuvent plus.

La situation est un peu plus calme depuis quelques nuits dans le quartier Pracomtal, à Montélimar. Un retour à la normal après plusieurs incidents depuis le début du mois. Un jeune de 17 ans avait été arrêté le 1er septembre, pour outrage et rébellion et avec des armes factices dans sa voiture. Il a été relâche, mais depuis les violences et les dégradations se sont multipliées.

Le climat est donc lourd à supporter pour les habitants du quartiers. Ces violences sont commises par un petit groupe de jeunes adolescents, même pas majeurs. Ils ont brûlé des poubelles, un autre soir une voiture. Ils ont aussi caillassé les patrouilles de police et même les pompiers. "C'est inacceptable", confie Nicolas, un jeune de 18 ans. "Les pompiers viennent pour éteindre le feu et des gamins osent leur jeter des pierres."

"Quand on leur dit quelque chose, ils s'en foutent" - un habitant du quartier.

Les adultes du quartier, eux aussi, condamnent ces violences. "Quand mes enfants sont dehors je ne suis pas tranquille" explique un père de famille, près d'une aire de jeux. "Moi les miens dorment la fenêtre ouverte, vous imaginez s'ils prennent une pierre sur le tête ?" ajoute une dame. D'autres connaissent les jeunes impliqués dans les dégradations. "Mais quand on leur dit quelques chose, ils s'en foutent", lâche un habitant. "C'est plus comme avant, il n'y a plus de respect."

"C'est normal que les habitants soient en colère", explique Salim Bouziane, le président l'association des locataires auprès de l'office HLM. "C'est leurs voitures qu'on brûle". Pour lui, il faudrait peut-être créer plus de lien social dans le quartier. En attendant, les patrouilles de police sont plus nombreuses la nuit, quartier Pracomtal. Les fonctionnaires font même appel à leur collègues de Valence pour venir renforcer les effectifs.

Partager sur :