Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La permanence du député LREM Patrick Vignal vandalisée à Montpellier pendant la manif des gilets jaunes

-
Par , France Bleu Hérault

L'élu refuse d'accuser les gilets jaunes et parle de "groupe de perturbateurs", de "manipulateurs extrémistes". Il va porter plainte.

Des tags anarchistes ont été inscrits à la peinture rouge et une vitre a été brisée.
Des tags anarchistes ont été inscrits à la peinture rouge et une vitre a été brisée. © Radio France - Adèle Bossard

La permanence du député La République en Marche de l'Hérault, Patrick Vignal, a été vandalisée ce samedi après-midi pendant le passage de la manifestation des gilets jaunes à Montpellier. Le local se trouve rue Andy Warhol, à proximité de l'avenue du Mondial 98, là où des manifestants ont été repoussés par les forces de l'ordre.

Une faucille et un marteau, un "A" anarchistes et le sigle PCM - à priori pour Parti communiste maoïste - ont été inscrits à la peinture rouge sur la façade et une vitre a été brisée à coups de parpaing. Il n'y avait personne dans le local pendant les dégradations, mais des militants qui tractaient à proximité sont rapidement venus constater les dégâts.

"Je ne suis même pas en colère" (Patrick Vignal)

Patrick Vignal est lui venu sur place en début de soirée, pour prendre la mesure des dégradations. Mais il refuse d'accuser les "gilets jaunes". "Très franchement, je ne suis même pas en colère, a réagi le député dans la soirée au micro de France Bleu Hérault. Ce qui m'intéresse déjà, c'est que le préfet fait en sorte que les manifestations ne se déroulent plus en centre-ville et je pense aux 300 commerçants qui risquent de déposer le bilan."

Quant aux auteurs de ces dégradations, Patrick Vignal estime qu'il s'agit de "manipulateurs extrémistes". "Il y a un petit groupuscule à Montpellier, un groupe de perturbateurs qui ont l'impression de vouloir exister à travers ces actions mais ce n'est rien en comparaison de cette société qui est fracturé. Ne montons pas cela en épingle, ce n'est pas grave, assure-t-il. Mais je sais qu'on a un nouveau préfet de combat, efficace, et si on les attrape, j'espère qu'ils seront condamnés. Parce qu'en plus, ce sont des lâches, ils sont venus à visage couvert."

Patrick Vignal a assuré qu'il allait déposer plainte dans la soirée. Sa permanence avait déjà été recouverte de peintures et de tags en août dernier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess