Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

À Montpellier, un père utilise un taser pour "calmer" son fils de 9 ans

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un homme de 35 ans a été déféré ce mardi au parquet de Montpellier pour "violences volontaires avec arme sur mineur de 15 ans par ascendant". Il a utilisé un taser pour "calmer" son fils de 9 ans.

L'utilisation d'un taser est interdite pour un particulier
L'utilisation d'un taser est interdite pour un particulier © Maxppp -

Montpellier, France

Le petit garçon de 9 ans jouait dans sa chambre, dimanche après-midi, dans un appartement de la rue de Bugarel, situé dans le quartier Croix d'Argent à Montpellier. Son père, trouvant qu'il faisait trop de bruit, a utilisé un taser, un pistolet à impulsion électrique, pour le menacer.

Le coup est parti : le petit garçon a reçu une décharge dans le bras.

La mère a voulu s'interposer. Elle a reçu plusieurs coups de son conjoint mais a pu alerter les policiers.

Lors de son audition, le père, âgé de 35 ans, a expliqué que le coup était parti tout seul, quand l'enfant s'est approché de lui. Entendu à son tour, le petit garçon a expliqué que ce n'était pas la première fois que son père le menaçait avec ce taser.

L'utilisation de cette arme de catégorie B est pourtant strictement interdite pour un particulier. En France, seuls les policiers et les gendarmes peuvent s'en servir dans un cadre très précis. Le taser envoie en effet une décharge électrique de plusieurs dizaines de milliers de volts qui paralyse temporairement la personne visée.

Le père a été jugé en comparution immédiate : 8 mois de prison avec sursis et 2 ans de mise à l'épreuve.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu