Infos

Mordu par une araignée, un touriste belge manque de perdre sa jambe près de Vaison-la-Romaine

Par Aurélie Lagain et Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse et France Bleu vendredi 16 septembre 2016 à 7:32

Araignée violoniste (Loxosceles reclusa)
Araignée violoniste (Loxosceles reclusa) - Rosa Pineda, CC BY-SA 3.0

Un touriste belge aurait été mordu par une araignée violoniste en août en Vaucluse. Après trois hôpitaux et après avoir failli perdre une jambe pour cause de nécrose des chairs, il est aujourd'hui sur ses deux pieds, mais sous antibiotiques.

Un touriste belge est passé très près de l'amputation a l’hôpital d’Avignon le mois dernier, après avoir été mordu par une araignée !

Il s'agirait de la Loxosceles reclusa, plus connue sous le nom de recluse brune ou encore d’araignée violoniste (elle porte un  dessin en forme de violon sur son thorax). Elle vit aux Etats-Unis et au Mexique, mais sa cousine violoniste, aussi considérée comme moins dangereuse, vit dans le sud de l'Europe.

Les genoux complètement nécrosés 

Robert Boonen, 69 ans, était cet été en vacances près de Vaison-la-Romaine avec son épouse. Le 16 août, il s'était réveillé avec des douleurs aux genoux. Les articulations avaient commencé à enfler, il avait de la fièvre. Il aurait donc été piqué par ce type d'araignée.

Il a d'abord été hospitalisé à Vaison-la-Romaine, puis transféré à Avignon, car en guise de genoux, il avait deux grosses boules noires au milieu des jambes : les tissus se nécrosaient et la nécrose s'étendait au point que les médecins ont envisagé l'amputation.

Un autre cas déjà vu à Orange  

Il a finalement pu quitter l'hôpital après une opération chirurgicale, qui a permis d'ôter les chairs nécrosées. Il a ensuite été hospitalisé en Belgique, à Bruges, avant d'être renvoyé chez lui avec un traitement antibiotique.

Ce ne serait pas une première : Il y a sept ans, un Orangeois mordu durant sa sieste avait vu son bras noircir et se nécroser. C'était d'ailleurs le premier cas en France. Il avait été sauvé par un antidote importé des Etats-Unis.

Faut-il s'inquiéter ? La réponse de  Christine Rollard, aranéologue au Muséum d'histoire naturelle chargée de conservation de la collection nationale des araignées du Muséum de Paris :

"En général, les conséquences ne sont pas très importantes et les cas de ce type avec une lésion cutanée qui va "se compliquer", c'est très rare :  10% des cas de morsures... déjà pas nombreux ! En général, les cas de morsure peuvent se guérir sans aucune complication en trois ou quatre semaines."

Christine Rollard

Alors que faire ? La même chose que pour toutes les petites bêtes que nous pouvons rencontrer en Vaucluse !

"Elle est discrète, nocturne, elle aime bien se cacher. Il faut regarder quand on met ses vêtements, ses chaussures, il ne faut pas que ce soit une psychose."

Partager sur :