Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de Céline Descroix après un appel au Samu de Saint-Étienne : vers une bataille d'expertises

Les proches de Céline Descroix les attendaient avec impatience : les résultats des expertises sur la mort de cette femme enceinte après son appel au Samu en mars 2018. L'une va dans leur sens, l'autre estime qu'il n'y a pas eu d'erreur médicale.

L'envoi d'une équipe du Samu aurait-il changé le cours des choses ? La famille de Céline Descroix en est convaincue.
L'envoi d'une équipe du Samu aurait-il changé le cours des choses ? La famille de Céline Descroix en est convaincue. © Radio France - ER

Ils sont ressortis très déçus du bureau de la juge d'instruction au tribunal de Saint-Étienne vendredi. Les proches de Céline Descroix, morte en mars 2018, neuf jours après son appel au Samu de Saint-Étienne, relisent les résultats des expertises et disent ne pas comprendre. 

Prise en charge adaptée selon l'expertise médicale

La magistrate leur aurait expliqué que seule comptait l'expertise médicale, dont nous avons pu consulter les conclusions. Le rapport estime que "l'ensemble de la prise en charge de Madame Descroix, de son appel aux services de secours à son décès, est conforme aux bonnes pratiques et aux recommandations". Les deux médecins qui ont étudié les scellés estiment que la prise en charge "préhospitalière et hospitalière a été adaptée" et le "diagnostic (...) correctement posé".

L'appel au samu et le ton "agacé" du médecin régulateur

La famille de Céline Descroix s'accroche à un autre rapport d'expertise, technique et établie par un informaticien de profession qui a minutieusement écouté "l'ensemble des bandes audio" et comparé les propos du médecin régulateur du Samu avec ses auditions. Il pointe plusieurs contradictions. Notamment sur le fait que le conjoint de Céline Descroix a bien mentionné dès le début de l'appel les "douleurs aux poumons" que ressentaient cette femme enceinte de son troisième enfant. Idem pour les "problèmes respiratoires". L'expert technique relève aussi "le ton clairement agacé" du médecin régulateur. "Il semble banaliser l'appel", écrit-il aussi.

Ensuite, il est question du temps qu'il s'écoule avant qu'un membre de SOS médecins soit sollicité et intervienne au domicile de cette Stéphanoise. La généraliste est "clairement en panique" lors de son propre appel au Samu, selon les mots de l'expert technique qui se demande si elle "essoufflée" parce qu'elle a peut-être entamé un massage cardiaque. Car à ce moment Céline Descroix serait inconsciente depuis peu et en arrêt cardiaque. 

"Commencez à masser" lui dit un peu plus tard l'urgentiste en ligne avec elle. Et l'expert technique de relever ensuite une autre différence, le nombre de chocs électriques. Il en dénombre quatre quand le rapport de synthèse des médecins du Samu en évoque finalement deux.

Demande d'une contre-expertise

"Nous sommes dans l'incompréhension totale", confie le frère de Céline Descroix. Selon ce que la juge d'instruction lui aurait dit, il n'y aurait pas lieu de poursuivre pénalement ; la magistrate leur indiquant qu'il existe une autre voie, celle de porter l'affaire devant le tribunal administratif. Les proches de cette femme morte à 38 ans ne veulent pas en entendre parler. 

Convaincus qu'il y a eu "perte de chance" de la sauver, ils ont demandé une contre-expertise médicale qui ne pourra commencer qu'après l'accord de la juge d'instruction. Dans le cas contraire, la famille se dit prête à faire appel. Elle qui s'est déjà battue une première fois contre le classement sans suite à la fin de l'été 2018. 

"Nous sommes déterminés comme au premier jour, nous continuerons de nous battre jusqu'au bout même si nous devons y consacrer toute notre énergie", écrit son frère sur la page Facebook ouverte en hommage à Céline Descroix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess