Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort d'Adama Traoré : une première autopsie n'a pas pu déterminer la cause de son décès

mardi 26 juillet 2016 à 10:12 Par Laurine Benjebria, France Bleu Paris et France Bleu

Le légiste n'a pas pu déterminer la "cause immédiate" du décès d'Adama Traoré, mort le 19 juillet lors de son interpellation par les gendarmes a-t-on appris ce lundi. La famille du jeune homme a demandé une contre-autopsie et des analyses toxicologiques et bactériologiques sont également attendues.

L'autopsie d'Adama Traoré n'a pas pu déterminer la cause immédiate de son décès
L'autopsie d'Adama Traoré n'a pas pu déterminer la cause immédiate de son décès © AFP - Lucas Arland / Citizenside

La cause immédiate de la mort d'Adama Traoré est encore inconnue, a annoncé l'avocat de la famille, Me Frédéric Zajac, ce lundi. Si le rapport du médecin légiste a confirmé que le jeune homme souffrait d'une "infection" et que des "égratignures" se trouvaient sur son corps, la cause immédiate de sa mort n'est pas encore déterminée.

"Le médecin conclut à une absence de cause immédiate au décès et ne peut pas se prononcer immédiatement", Frédéric Zajac

Ce rapport vient confirmer les propos du procureur de Pontoise qui avait affirmé jeudi que l'homme de 24 souffrait d'"une infection très grave" "touchant plusieurs organes".

Qualifiant sa mort de "bavure policière", la famille d'Adama Traoré a demandé une contre-autopsie, qui devrait être rendue par trois experts cette semaine. Des analyses toxicologiques et bactériologiques seront nécessaires mais nécessiteront plusieurs semaines.

La section de recherches et l'Inspection générale de la gendarmerie mènent toutes deux en parallèle deux enquêtes pour tenter d'"éclairer" les circonstances de son décès.

LIRE AUSSI :