Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort d'un éboueur près de Caen : la famille décide de porter plainte

Le Fresne-Camilly, France

Le drame s'est produit vendredi 5 juin 2020. La veille, le salarié avait reçu sa lettre de licenciement. Il s'est suicidé dans sa tenue de travail. Cet homme de 46 ans travaillait depuis 26 ans dans les sociétés de collecte de déchets Véolia puis COVED. Sa famille a décidé de porter plainte.

Le salarié qui s'est suicidé a travaillé pendant 26 ans dans la société, avant d'être licencié après un contrôle d'alcoolémie. (photo d'illustration)
Le salarié qui s'est suicidé a travaillé pendant 26 ans dans la société, avant d'être licencié après un contrôle d'alcoolémie. (photo d'illustration) © Radio France - Olivier Duc

Le motif du licenciement est consécutif à un contrôle d'alcoolémie lors d'une tournée au Fresne-Camilly, près de Caen. "Avec son collègue, ils ont accepté deux bières offertes par un client" explique Ahmed Benani, élu CFDT au CSE de la COVED (collecte valorisation énergie déchets). Le salarié qui s'est suicidé présentait un taux d'alcoolémie de 0,19 g par litre de sang. Les deux ont ensuite été convoqués à un entretien préalable et ont été licenciés. "Il a reçu sa lettre de licenciement le jeudi, le vendredi matin, il a revêtu sa tenue de travail et s'est donné la mort dans le garage de ses parents" poursuit Yannick Martin, délégué CGT à la COVED. Veuf depuis six ans, l'homme laisse un fils de 18 ans.

Les syndicats dénoncent un management expéditif

"En 26 ans de carrière, il a été mis à pied une fois pour un changement de nom sur un planning", rapporte Yannick Martin. Les deux délégués syndicaux dénoncent un management expéditif et des conditions sociales qui se dégradent dans l'entreprise. "Ils auraient pu mettre en place un suivi, un accompagnement, au lieu de le licencier tout de suite". Ils s'étonnent également que l'entreprise ait laissé leur collègue terminer sa tournée ce jour là et ramener le camion au dépôt. "S'il était vraiment dangereux, il ne fallait pas le laisser reprendre le volant ?" s'interroge Ahmed Benani. Contactée, la direction de la COVED n'a pas souhaité réagir. Les syndicats ont saisi l'inspection du travail. 

"Après avoir été les héros du quotidien, c'est le monde qui s'écroule"

La famille de son côté envisage de porter plainte. "Mes parents sont dévastés, témoigne son frère Pablito Patry, c'est mon père qui a découvert le corps." Il reconnait que son frère a commis une erreur et n'aurait pas dû consommer d'alcool pendant sa tournée. "Mais ça n'était jamais arrivé en 26 ans de carrière. Ils auraient pu lui laisser une deuxième chance". Lui même éboueur a encore en mémoire les marques de reconnaissance reçues pendant le confinement. "Mon frère a travaillé sans relâche pendant toute cette période, on était les héros du quotidien. Là c'est le monde qui s'écroule". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess