Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort d'un élève saint-cyrien en Creuse: l'affaire dépaysée à Bordeaux

mardi 7 novembre 2017 à 14:18 Par France Bleu Creuse, France Bleu Alsace, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Creuse

L'enquête sur la mort d'un élève saint-cyrien en février 2016 au camp militaire de La Courtine a été dépaysée au Tribunal de Grande Instance de Bordeaux.

Portrait de Michaël Lavocat, décédé en février 2016
Portrait de Michaël Lavocat, décédé en février 2016 © Maxppp - Franck Kobi

Creuse, France

Cette enquête relevait du parquet de Guéret. Elle a été dépaysée au TGI Bordeaux, à la demande de la mère de ce jeune élève-officier de 22 ans, retrouvé mort le 9 février 2016 dans les toilettes du camp d'entraînement creusois. Michaël Lavocat était en troisième et dernière année à l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr à Coëtquidan (Morbihan).

En mai dernier, le parquet de Guéret avait conclu au suicide du jeune homme et avait classé l'affaire sans suite. La mère du jeune militaire a toujours contesté la thèse du suicide.

Trop de proximité entre gendarmes et militaires" Me Yassine Bouzrou

Me Yassine Bouzrou, l'avocat de la mère du jeune homme a expliqué à France Bleu Creuse que "l'enquête réalisée localement ne permettait pas d'avancée dans la recherche de la vérité car on estime qu'il y a une trop grande proximité entre les gendarmes chargés de l'enquête et les militaires de la Courtine". Me Bouzrou estime également que l'enquête menée a été "de très mauvaise qualité", avec selon lui "des preuves élémentaires qui ont été détruites". "Nous souhaitons aujourd'hui qu'une nouvelle enquête sérieuse, impartiale, soit réalisée dans ce dossier", a-t-il conclu.