Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort d’un étudiant après une décharge de Taser à Orléans : une information judiciaire ouverte

jeudi 7 août 2014 à 10:28 Par Géraldine Marcon et Stéphane Barbereau, France Bleu Orléans

La procureure de la république d’Orléans l’a annoncé mercredi aux parents de la victime. Une information judiciaire va être ouverte après la mort de Loïc Louise. Ce jeune réunionnais de 21 ans qui étudiait à Orléans est mort après avoir reçu une décharge de taser en novembre dernier.

Le jeune homme est décédé après une décharge de Taser en novembre 2013
Le jeune homme est décédé après une décharge de Taser en novembre 2013 © Maxppp-Rainer Jensen-DPA

Une information judiciaire va être ouverte pour homicide involontaire après la mort de Loïc Louise. La procureure de la République d'Orléans l'a annoncé ce mercredi matin aux parents de la victime après les avoir reçus pendant deux heures dans son bureau. Le couple a parcouru 11.000 kilomètres en avion pour rencontrer la magistrate et être informé de l'enquête. Loïc Louise, c’est ce jeune Réunionnais de 21 ans, étudiant à Orléans, qui est décédé après avoir reçu une décharge de Taser le 3 novembre dernier à la Ferté-Saint-Aubin. Ce jour là, la soirée, très arrosée, avait dégénéré et les gendarmes avaient été appelés pour une bagarre entre la victime et ses cousins.

Un juge d’instruction va être nommé

L’autopsie menée sur le corps du jeune homme a conclu à une mort par étouffement suite à un arrêt cardio-respiratoire. Le Taser n'est pour l'instant pas directement mis en cause. De leur côté les gendarmes ont toujours dit que son usage avait été nécessaire pour calmer le garçon, violent ce soir là. Les parents de la victime ne croient pas à cette version, pour eux et leur avocat il reste des investigations à mener. L’avocat parle aujourd’hui de non-assistance à personne en danger, selon lui les gendarmes auraient dû davantage s'inquiéter de l'état de santé du garçon après qu’il a reçu la décharge électrique. C’est aussi pour en savoir plus sur ce drame qu'un juge d'instruction va être nommé.

Loic Louise son

Le reportage de Stéphane Barbereau pour France Bleu Orléans