Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort d'un jeune à St-Hilaire-du-Harcouët : sa mère et sa sœur menacent de faire une grève de faim

-
Par , France Bleu Cotentin

Agnès Zakrzewska-Guépratte demande une autopsie de corps de son fils Pierre, retrouvé mort le 20 novembre 2017 sous le pont de de Virey à Saint-Hilaire-du-Harcouët. La thèse du suicide, retenue jusque là, est impossible selon la famille du jeune homme.

La famille de Pierre Guépattre réfute la thèse du suicide depuis un an et demi
La famille de Pierre Guépattre réfute la thèse du suicide depuis un an et demi

Saint-Hilaire-du-Harcouët, France

De quoi est mort Pierre Guépratte ? C'est la question que se pose sa famille depuis un an et demi. Le corps du jeune homme a été retrouvé le 20 novembre 2017 sous le pont de Virey à Saint-Hilaire-du-Harcouët.  La thèse du suicide avait alors été annoncée mais la famille de Pierre la réfute depuis le début. Ils multiplient les actions pour le prouver.

Jeudi 25 avril et jusqu'à jeudi 2 mai, sa famille honore la mémoire de ce manchois qui aurait eu 22 ans le 9 mai sur sept panneaux publicitaires dans sa commune et à Ducey.

Pour Agnès Zakrzewska-Guépratte, la maman du jeune homme, le seul moyen de connaitre les causes exactes de la mort de Pierre serait de pratiquer une autopsie mais le temps presse selon elle. "Plus le temps passe plus les preuves disparaissent" déplore-t-elle. Afin d'obtenir au plus vite la réalisation de l'autopsie, elle et sa fille de 23 ans, Léa envisagent désormais d'entamer une grève de la faim dès le 25 mai soit un mois jours pour jours après l'installation des panneaux publicitaires dans sa commune. 

"On ne comprend pas ce qui a pu se passer. Est-ce que c'était un accident maquillé en suicide ? une agression ? ou une agression sexuelle ? On ne sait pas" déplore cette mère très émue.

Un appel à témoin 

La famille voudrait également lancer un appel à témoins pour ceux qui auraient pu croiser Pierre Guépratte le 20 novembre 2017 au matin à Saint-Hilaire-du-Harcouët. 

"Il a été vu pour la dernière fois au croisement de la rue de la vieille-garde et du boulevard de Sauvigny à Saint-Hilaire-du-Harcouët vers 11h20 le 20 novembre 2017. Il avait un vélo avec lui,  un sac à dos, un casque gris, il portait un jean bleu, des chaussures de montagne et il avait un gilet sans manche noir" décrit sa maman qui incite toute personne ayant pu croiser le jeune homme à la contacter.