Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort d'un ouvrier à Tours en 2010 : la ville relaxée, son entreprise et le gérant condamnés

jeudi 19 avril 2018 à 15:24 Par Xavier Louvel, France Bleu Loire Océan et France Bleu Touraine

Une entreprise vendéenne a été condamnée ce jeudi par le tribunal correctionnelle de Tours, tout comme son gérant. L'affaire remonte à 2010, avec la mort d'un ouvrier qui devait effectuer des travaux de maintenance sur le Cher à Tours, près du barrage de Rochepinard. La ville de Tours est relaxée.

Palais de justice de Tours
Palais de justice de Tours © Maxppp - Arnaud Journois

Indre-et-Loire, France

Le tribunal correctionnel de Tours a rendu ce jeudi son jugement dans une affaire d'homicide involontaire. Un ouvrier de 35 ans s'était noyé dans le Cher le 2 février 2010 alors qu'il devait effectuer des travaux de maintenance sur le barrage de Rochepinard à Tours. Il était tombé de l'embarcation sur laquelle il se trouvait. L'homme portait pourtant un gilet de sauvetage au moment du drame mais il avait été happé au fond de l'eau suite à un phénomène de rappel. 

Tétis et son gérant sont les seuls responsables de l'accident pour le tribunal de Tours

Son entreprise, Tétis, basée en Vendée, à Belleville-sur-Vie, est condamnée à 50.000€ pour négligence (car les clapets du barrage auraient dû être fermés), et pour non-inspection et d'information préalable du barrage. L'ancien gérant de Tétis écope de 20.000€ d'amende notamment pour faux et usage de faux (suite une falsification du contrat de travail mis en lumière lors de l'enquête). La famille de l'ouvrier obtient également des sommages et intérêts. La ville de Tours était également poursuivie dans cette affaire, mais le tribunal l'a relaxé. Lors de l'audience, le procureur avait demandé de la prison avec sursis contre l'entreprise et le gérant, critiquant sa "volonté de s’exonérer de sa responsabilité". Il n'a pas été suivi par le tribunal.