Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort d'un ouvrier sur le chantier de l'EPR : Bouygues condamné à 75.000 euros d'amende

-
Par France Bleu Cotentin

Plus de trois ans après la mort d'un ouvrier sur le chantier de l'EPR de Flamanville, Bouygues est condamné à 75.000 euros d'amende et un grutier à trois mois de prison ferme ce mardi au tribunal correctionnel de Cherbourg.

Procès EPR Flamanville Bouygues
Procès EPR Flamanville Bouygues © Radio France

Plus de trois ans après la mort d'un ouvrier sur le chantier de l'EPR de Flamanville, Bouygues est condamné à 75.000 euros d'amende et un grutier à trois mois de prison ferme ce mardi au tribunal correctionnel de Cherbourg.

Homicide involontaire

Plusieurs entreprises étaient mises en cause dans ce procès. Bouygues Travaux publics, responsable de la coordination de la sécurité du génie civil sur le chantier, est condamné pour homicide involontaire. Un sous-traitant, la société Tissot, propriétaire de la passerelle, est condamné pour sa part à une amende de 35.000 euros. Quant au grutier, il écope d'un an de prison, dont neuf mois avec sursis et mise à l'épreuve. La société tourlavillaise Normetal qui l'employait, a en revanche été relaxée.

Les condamnés devront verser des dommages et intérêts à hauteur de 306.000 euros à la femme et aux enfants de la victime.

Le 24 janvier 2011, le soudeur était décédé lors d'une chute. Ce jour là, ce soudeur de 37 ans travaillant pour l'entreprise tourlavillaise Normetal, évoluait sur une plateforme à au moins 15 mètres de hauteur. Parallèlement, des agents du groupe Quiles, une filiale de Bouygues, procédaient au relevage d'une plaque de métal à l'aide d'une grue à proximité de cette platefome : une plaque de métal qui accroche la structure provoquant sa chute et celle du soudeur. Les investigations avaient montré que le grutier était sous l'emprise du cannabis au moment des faits.

Choix de la station

France Bleu