Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de Cédric Chouviat : sa famille réclame à nouveau la suspension des agents impliqués

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les proches du livreur, mort en janvier à Paris après un contrôle routier, ont écrit ce vendredi à Emmanuel Macron pour lui demander, une nouvelle fois, d'intervenir afin que les policiers mis en cause dans l'enquête soient suspendus.

En tête du cortège et devant de nombreux journalistes, la famille de Cédric Chouviat a ouvert la marche, dimanche à Levallois-Perret.
En tête du cortège et devant de nombreux journalistes, la famille de Cédric Chouviat a ouvert la marche, dimanche à Levallois-Perret. © Radio France - Kevin Dufreche

"Quand il y a des faits aussi sérieux que ceux-là qui ont conduit à la mort d'un homme, la seule mesure qui s'impose, c'est la mesure de suspension", estime ce vendredi Me William Bourdon, l'un des avocats de la famille de Cédric Chouviat. La famille du livreur a envoé une lettre au président de la République quelques jours après la révélation par Libération et Mediapart d'une note de synthèse de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), selon laquelle l'un des policiers avait pratiqué sur le livreur un "étranglement arrière", ce qui n'avait pas été mentionné par les agents dans leurs premières déclarations.

"Il y a quelques paradoxes aujourd'hui à ne pas suspendre des policiers alors qu'il est établi, du fait du rapport du l'IGPN, un cortège de mensonges absolument invraisemblables et alors même que cette tragédie a bouleversé notre pays" - Me Bourdon.

Trois policiers ont été mis en examen pour "homicide involontaire" début juillet et placés sous contrôle judiciaire. Une quatrième membre de l'équipage, qui a filmé la scène de l'arrestation, a pour sa part été placée sous le statut de témoin assisté. "La mesure de suspension n'est pas un crachat sur la présomption d'innocence", a-t-il ajouté. Cédric Chouviat, père de famille de 42 ans, a eu un malaise lors de ce contrôle policier le 3 janvier près de la Tour Eiffel, au cours duquel il a été plaqué au sol avec son casque sur la tête. Depuis, l'un des trois agents a été muté et les deux autres n'interviennent plus sur la voie publique. Mais pour l'avocat de la famille, ce n'est pas suffisant.

Une demande de suspension déjà déposée par le passé

L'avocat avait déjà fait cette demande auprès du chef de l'Etat : "Ce n'est pas la première fois, mais on espère que ce sera la dernière. Elle avait déjà été faite parce que le 12 janvier, on était avec la famille dans le bureau de Castaner, à l'époque ministre de l'Intérieur. On avait longuement plaidé pour expliquer que cette suspension s'imposait. Il nous avait expliqué alors qu'il attendait une éventuelle décision de mise en examen. Cette décision est intervenue. Et donc conformément à une pratique maintenant assez habituelle, s'agissant de faits particulièrement graves, et la famille en est particulièrement émue, on s'étonne que ces mesures de suspensions ne soient pas intervenues".

Pourquoi ne pas interpeller directement Gérald Darmanin ? "Quand on a épuisé toutes les cartouches, quand on a épuisé toutes les possibilités, quand on a crié vainement, comme la famille le fait, quand les avocats ont relayé ces demandes, à un moment donné, c'est la responsabilité du plus haut responsable, c'est-à-dire le chef de l'État lui-même", estime l'avocat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess