Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Affaire Corentin à Metz

Mort de Corentin : l’enquête ne sera plus instruite à Metz

jeudi 30 mars 2017 à 20:02 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord

Les parents de Corentin Jeras ont obtenu gain de cause : l'enquête sur les causes de la mort de leur fils a été dépaysée. L'instruction sera désormais conduite à Reims.

L'enquête sur la mort de Corentin sera désormais menée depuis Reims
L'enquête sur la mort de Corentin sera désormais menée depuis Reims © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Metz, France

Le dépaysement de l’instruction sur la mort du petit Corentin est acté. Le président de la cour de cassation a pris la décision, mercredi 29 mars, de dessaisir le juge d'instruction de Metz. L'enquête sera désormais menée à Reims.

Corentin, 11 ans, est mort il y a deux ans à l’issue d’une opération de l’appendicite à la clinique Claude Bernard de Metz. Les médecins qui l'ont opéré ont été mis en examen pour homicide involontaire, et suspendus par le Conseil de l'Ordre des Médecins.

Les parents de Corentin demandaient depuis longtemps le départ du dossier du palais de justice de Metz, car ils ne faisaient pas confiance à la juge d’instruction. Celle-ci a travaillé pendant cinq ans dans le cabinet de l’avocat de l’un des deux médecins mis en cause. Ils jugaient également que l'enquête trainait trop en longueur, et n'était pas menée de manière assez approfondie. Ils avaient été reçu à l'Elysée, et le père de Corentin est allé jusqu’à faire une grève de la faim en septembre.

C'est un ouf de soulagement, mais tout traîne depuis le début, cela fait quatre mois qu'on attends, rien ne s'est fait comme il aurait fallu, et c'est pour cela qu'on est en colère et en rage. C'est une souffrance au quotidien d'attendre cette réponse et de pouvoir enfin commencer ce travail d'investigation." Pierre Jeras, père de Corentin.

Pierre Jeras, père de Corentin