Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Mort de Kléony à Amiens : la petite a subi "un calvaire" selon le procureur

jeudi 29 novembre 2018 à 17:57 - Mis à jour le jeudi 29 novembre 2018 à 18:13 Par Bénédicte Courret, La rédaction de France Bleu Picardie et Elodie Touchais, France Bleu Picardie et France Bleu

Après la mort de la petite Kléony, 4 ans, son beau-père et sa mère sont mis en examen à Amiens ce jeudi. Lui, pour actes de cruauté et barbarie ayant entraîné la mort. Elle, pour coups mortels et violences habituelles sur ses cinq enfants.

 Les enquêteurs ont découvert une famille où la violence était habituelle (de gauche à droite : le directeur départemental de la sécurité publique, le procureur d'Amiens et la substitut).
Les enquêteurs ont découvert une famille où la violence était habituelle (de gauche à droite : le directeur départemental de la sécurité publique, le procureur d'Amiens et la substitut). © Radio France - Elodie Touchais

Amiens, France

Le beau père de la petite Kléony à Amiens est mis en examen ce jeudi 29 novembre 2018 pour actes de cruauté et barbarie ayant entraîné la mort de la fillette de 4 ans. La mère de Kléony, elle, est mise en examen pour coups mortels et pour violences habituelles sur tous ses enfants. Tous les deux ont été placés en détention provisoire. La petite fille de 4 ans est morte samedi dernier à l'hôpital d'Amiens. Le procureur de la République d'Amiens a dévoilé ce jeudi les conditions dans lesquelles la petite Kléony a succombé à ses blessures après avoir subi "un calvaire". D'après les enquêteurs, la violence était habituelle et installée de la part de la mère et de son compagnon. 

Kléony était devenue le "souffre-douleur" de son beau-père

Les violences ont commencé au mois de janvier 2018, quand le couple s'est formé. Très vite, les coups commencent à pleuvoir sur les quatre enfants les plus âgés de cette fratrie de cinq.  Lors de sa garde à vue, le beau-père décrit des enfants turbulents, il explique son comportement par l’incapacité de la mère à élever ses enfants. Des violences qui vont monter crescendo pour atteindre leur paroxysme ces dernières semaines, après les vacances de la Toussaint : coups de poing, coups de pied, privation de nourriture, douche glacée,  journée entière passée au coin ou séquestrée dans un placard. Les sévices se multiplient et tout y est prétexte. 

Kléony est vite devenue le souffre douleur de son beau-père et 48h avant son hospitalisation, la fillette va vivre un calvaire selon Alexandre De Bosschère, le procureur de la république d'Amiens.  Son beau-père aurait continuer à la frapper alors que son état de santé se dégradait. L'enfant de quatre ans aurait succombé à un violent traumatisme crânien sans doute dû à une projection au sol ou contre un mur. Son corps était recouvert d'ecchymoses.  

Les aînés de 11, 12 et 14 ans n'étaient pas épargnés par ces violences perpétrées par le beau-père et la mère. La maman qui n'aurait, selon le procureur d'Amiens, jamais cherché à protéger ses enfants.  Les plus grands ont été progressivement déscolarisés et jusqu’à la mort de leur petite sœur samedi dernier aucun n'avait encore osé parler.

Les quatre enfants ont été pris en charge par la justice. Les investigations se poursuivent.

Le beau-père encourt la réclusion criminelle à perpétuité. La mère risque 30 ans de réclusion criminelle.