Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Loan

Mort de Loan : l'enquête se concentre sur les violences parentales

-
Par , France Bleu Creuse

Les parents de Loan ont avoué avoir enterré leur bébé de 4 mois près d'un étang en Creuse. L'enfant est mort après des violences, reconnues par le couple. Les enquêteurs cherchent maintenant à établir qui a porté les coups, et quand. Une autopsie est prévue ce lundi.

Les parents de Loan ont conduit les enquêteurs là où ils avaient enterré leur bébé.
Les parents de Loan ont conduit les enquêteurs là où ils avaient enterré leur bébé. - - Photo Valérie Mosnier / Radio France

Pour les enquêteurs, les parents de Loan n'avait sans doute pas l'intention de tuer leur bébé. Mais l'enfant a bien reçu des coups, "c'est un acte volontaire des parents qui a eu des conséquences graves", souligne le procureur de la République de Guéret, Sébastien Farges. Il précise que, dans leurs aveux, les parents n'ont pas parlé de "punition" pour expliquer ces violences.

Le père, âgé de 31 ans, a reconnu avoir frappé son bébé . L'homme a été condamné en février dernier pour des violences conjugales. Le procureur penche pour un scénario où "l'enfant a peut-être causé un énervement" mais il pense qu'"il n'y a pas eu d'acharnement".

"La question de l'implication de la mère"

Et la mère ? Âgée de 24 ans, elle confirme la violence de son compagnon mais se décrit comme spectatrice. Sa version ne convainc pas tout à fait les enquêteurs. Ils la soupçonnent d'avoir tenu un rôle "beaucoup plus important que ce qu'elle affirme". Pendant le restant de la garde à vue, soit jusqu'à ce lundi après-midi, il s'agira donc pour le procureur de "vérifier* l'hypothèse dans laquelle la mère aurait également donné des coups * à son enfant".

La Justice se donne les moyens d'en savoir davantage sur ce qu'a subi le petit Loan : son corps sera autopsié ce lundi. Les traces de coups qui seront relevées feront l'objet de prélèvements pour savoir à quand elles remontent. Cela prendra des semaines mais permettra de savoir si le bébé était souvent frappé .

"Des analyses qui prennent des semaines et des semaines"

"Les services sociaux sont allés au bout de ce qu'ils pouvaient faire"

Avec un homme récemment condamné pour violences, la famille était bien sûr suivie par les services sociaux. Et suivie correctement, assure le procureur, qui reconnaît s'être posé la question d'une défaillance . Le couple a fait l'objet d'un accompagnement, assure Sébastien Farges, à un moment où il n'apparaissait pas que la vie de l'enfant était en danger.

"Des analyses qui prennent des semaines et des semaines"

L'enquête à Limoges

Après la garde à vue, qui s'achève ce lundi après-midi, les parents devraient prendre la route de Limoges. Ce sont les juges du pôle criminel de la capitale régionale qui vont instruire l'affaire. A commencer, sans doute, par une double mise en examen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu