Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de Maïcol : la directrice de la police de Nice apporte son soutien aux fonctionnaires impliqués

-
Par , France Bleu Azur

La directrice départementale de la sécurité publique sort de sa réserve et apporte sa confiance aux policiers visés par une enquête après la mort du jeune Maïcol le 10 janvier : "c'est un drame, mais c'est un accident". Ce niçois de 20 ans est mort dans une course-poursuite avec la police.

Nadine Le Calonnec, directrice départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes
Nadine Le Calonnec, directrice départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes - Florence Gavello, service communication DDSP06

"L'équipage de fonctionnaires visés par une enquête ne vit pas très bien cette affaire mais il a tout le soutien de la police nationale" affirmeNadine Le Calonnec, la directrice Départementale de la Sécurité Publique des Alpes-Maritimes. C'est la première fois qu'elle s'exprime dans cette affaire alors que l'IGPN, la police des polices, a rendu fin mars son rapport sur la mort du jeune Maïcol le 10 janvier dernier à Nice. La contrôleur général ne s'exprime pas sur le fond de l'enquête judiciaire, mais donne des précisions sur la manière dont les policiers sont intervenus et sur le contexte

Depuis le drame, la famille du jeune homme, qui a grandi dans la cité des Liserons, souhaite la vérité sur ce qui s’est passé cette nuit-là. Le 10 janvier, après l’heure du couvre-feu, Maïcol refuse d’obtempérer à un contrôle de la Bac, s'ensuit une course-poursuite de plus de quatre minutes entre le quartier des Moulins et le tunnel Liautaud, qui se termine dans le dernier virage de ce tunnel. Le conducteur du deux-roues décède dans l'accident de son deux-roues. Son passager est légèrement blessé. 

Interview

La voiture des policiers n'a pas heurté la moto

"_Pendant des mois, nous avons entendu que le véhicule de police, des fonctionnaires de la Bac (brigade anti-criminalité) avait heurté la moto. Certains, qui aujourd'hui s'expriment, font état du fait que la voiture de police n'a pas touché le deux-roues. C'est déjà une avancée",  _précise Nadine Le Calonnec, qui n'a pas eu accès au rapport de la police des polices.

La famille de Maïcol a porté plainte contre X pour "homicide involontaire", et le passager de la moto pour "blessures involontaires".

La course poursuite s'est déroulée dans les règles, selon la directrice de la sécurité publique,  Il faut rappeler que toute poursuite systématique est exclue, notamment en cas de refus d’obtempérer. Les conditions de prise en charge des véhicules par la police doivent être motivées. 

Certains s'autorisent à commenter une note administrative de la direction départementale de la sécurité publique, disant que les fonctionnaires de la brigade anti-criminalité n'auraient pas respecté ses prescriptions. Je dis que les prescriptions de cette note ont été totalement respectées par les fonctionnaires de la BAC. 

"C'est un drame mais c'est un accident..."

La note de service de la direction de la sécurité publique a pour objectif de fixer un cadre. Tout cadre justifie un discernement de la part de l'équipage, qui doit annoncer la pousuite, mais aussi de la part du centre d'information et de commandement, de la part de l'ensemble de la chaîne hiérarchique qui est branchée sur le réseau radio. Cette note de service a pour objectif de protéger la population, les policiers, et les personnes poursuivies. 

"La poursuite a été annoncée" par les policiers affirme Nadine Le Calonnec "et ni le centre de commandement ni l'autorité ne l'a interrompue". 

Il est trop facile de se répandre dans la presse pour jeter la calomnie sur des policiers lorsque l'autorité de ces policiers et l'autorité judiciaire, sur le fond du dossier, ne sont pas autorisés à s'exprimer

Nadine Le Calonnec appelle à faire preuve de "discernement".

La directrice départementale de la sécurité publique rappelle que ce contrôle de police est intervenu à la suite de plusieurs fusillades dans le quartier des Moulins. "C'était une période où le quartier des Moulins avaient été ébranlés par des faits graves, avec usage d'armes à feu et des blessés, donc il y avait un contexte". Les policiers en cause ont fait valoir que Maïcol et son passager "pouvaient correspondre au signalement des auteurs des coups de feu" survenus cinq jours avant le drame.

Il y avait aussi un deux-roues à moteur qui était signalé impliqué dans ces actes. C'était la nuit, sur des axes fluides, très larges. Donc je pense qu'il faut avoir du discernement et que cette course-poursuite ne contrevient en rien aux disposotions de la note de service signée par la DDSP 06.

La course poursuite a duré plus de quatre minutes sur la voie Mathis de Nice, avec des pointes à 150 km/h sur cette voie rapide qui traverse la ville d'ouest en est. 

La famille du jeune homme demande au parquet de Nice l'ouverture d'une information judiciaire. Le procureur de Nice rendra sa décision autour du 9 juin. Il attend les conclusions des avocats suite au rapport de l'IGPN. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess