Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort de Razia à Besançon : son mari extradé vers la France, vendredi

mercredi 28 novembre 2018 à 19:28 Par Virginie Vandeville, France Bleu Besançon et France Bleu

Le mari et meurtrier présumé de Razia, cette Afghane de 34 ans poignardée à mort en pleine rue, mardi 30 octobre à Besançon, sera extradé vendredi par les autorités grecques vers la France

Au centre du cercle formé par les manifestants, une silhouette blanche posée sur le pavé entourée de bougies, avec une épitaphe : "Razia, 34 ans, 3 enfants, Assassiné le 30 octobre 2018"
Au centre du cercle formé par les manifestants, une silhouette blanche posée sur le pavé entourée de bougies, avec une épitaphe : "Razia, 34 ans, 3 enfants, Assassiné le 30 octobre 2018" © Radio France - Anne Fauvarque

Besançon, France

Le meurtrier présumé et mari de Razia sera extradé vendredi 30 novembre par les autorités grecques vers la France, a annoncé Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon. Razia, une Afghane de 34 ans avait été poignardée à mort en pleine rue, mardi 30 octobre, à Besançon.

Retrouvé après trois jours de cavale

Une fois arrivé, "il sera présenté à un juge des libertés et de la détention à Bobigny puis à un magistrat instructeur de Besançon, en début de semaine prochaine", a fait savoir le procureur de la République de Besançon. Rafid Askaru, un Afghan de 38 ans avait été arrêté par les policiers grecs a l'aéroport d’Athènes, trois jours après la mort de son épouse.

Le drame avait suscité une vive émotion dans toute la France. Razia, mère de trois enfants, était logée depuis un an dans un appartement d'une association qui accompagne les femmes victimes de violences conjugales à Besançon. Elle avait déposé plusieurs plaintes contre son mari, à Marseille et à Besançon, pour violences volontaires sur conjoint, violences aggravées et menaces de mort réitérées. Après avoir demandé le divorce, elle avait obtenu en juillet une ordonnance de protection délivrée par un juge des affaires familiales, interdisant à son mari de l'approcher.