Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Sophie Le Tan

Mort de Sophie Le Tan : le corps était enterré, un os a été sectionné par un instrument

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Cinq jours après la découverte du corps de Sophie Le Tan dans une forêt du Bas-Rhin, la procureure de la République de Strasbourg, Yolande Renzi, a indiqué ce lundi que le cadavre avait été enterré et l'un des os sectionnés. Pour l'instant, elle ne fait "pas de lien" avec Jean-Marc Reiser.

La procureur de la République, Yolande Renzi, s'exprime sur la découverte du corps de Sophie Le Tan.
La procureur de la République, Yolande Renzi, s'exprime sur la découverte du corps de Sophie Le Tan. © Radio France - Solène de Larquier

Strasbourg, France

La procureure de la République de Strasbourg s'est exprimée ce lundi dans l'affaire de la disparition et de la mort de Sophie Le Tan. C'était la deuxième fois depuis le 18 septembre 2018 et la mise en examen de Jean-Marc Reiser pour assassinat, enlèvement et séquestration

Yolande Renzi a d'abord rappelé les circonstances de la découverte du corps de la jeune femme mercredi 23 octobre, dans une forêt communale de Rosheim, près de Grendelbruch. C'est un groupe de promeneurs qui a aperçu des ossements. Le premier élément découvert est un crâne posé sur le sol, comprenant un certain nombre de dents.

A quelques dizaines de mètres de là, se trouvait un amas de terre avec une fosse couverte de branches et de pierres. Dans cette fosse, un tronc et plusieurs ossements dont un os de bras (humérus). Un peu plus loin, un autre humérus et, dans des branchages, des cheveux de couleur foncée. 

Un os sectionné par un instrument

Sur les ossements de la fosse, le profil génétique de Sophie Le Tan a bien été identifié. Sur le crâne, l'ADN de la disparue n'a pas été mis en évidence mais la procureure indique que c'était "vraisemblablement celui d'une femme jeune et très vraisemblablement d'origine asiatique".

Une précision importante dans les examens déjà réalisés, un fémur présente "une section instrumentale" qui n'est pas l'oeuvre d'un prédateur, mais a été réalisée par "un instrument" : "c'est une une section nette et franche. Les experts en préciseront la nature exacte".

Les enquêteurs vont poursuivre leurs investigations sur les lieux à la recherche d'autres indices pour déterminer plus précisément les circonstances de la mort de Sophie Le Tan et sa date. Il s'agit de "faire parler ces ossements avec les nouvelles technologies mises à notre disposition" précise la magistrate. La forêt de Rosheim n'avait pas été fouillée jusqu'ici.

Pas de lien à ce stade avec Jean-Marc Reiser

Interrogée sur une éventuelle convocation de Jean-Marc Reiser, la procureure a indiqué qu'"aucun lien" n'avait été établi "pour l'instant" entre ces découvertes et le suspect.

Jean-Marc Reiser, 59 ans, est soupçonné d'avoir tendu un piège à Sophie Le Tan, en postant une annonce de location pour un appartement à Schiltigheim, près de Strasbourg. Il nie toute responsabilité dans la disparition de l'étudiante de 20 ans, mais reconnaît l'avoir croisée dans la rue. D'après lui, elle était blessée à un doigt et aurait acceptée de monter chez lui pour qu'il la soigne. C'est ainsi qu'il explique les traces de sang et l'ADN de Sophie Le Tan, retrouvés à son domicile.

Plusieurs éléments plaident en défaveur du suspect : de l'ADN de Sophie Le Tan sur le manche d'une scie, sur ses chaussures. Le lourd passé judiciaire de Jean-Marc Reiser : condamné à 15 ans de réclusion pour des viols, il a aussi été acquitté dans la disparition d'une jeune Strasbourgeoise en 1987, dont le corps n'a jamais été retrouvé.

Schiltigheim et Rosheim : deux lieux clés dans l'affaire Le Tan. - Radio France
Schiltigheim et Rosheim : deux lieux clés dans l'affaire Le Tan. © Radio France - Blandine Costentin avec Datawrapper
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu